L'auteur-compositeur André Manoukian se laisse inspirer par le verset tiré de l'Evangile selon saint Marc : "Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qui l'accueille."

Le successeur de Jésus sera un enfant. Jésus oppose à la figure du chef la pureté d'un enfant. On vit dans un monde de la surpuissance où il y a peu de place pour la parole d'un Jésus ou au contraire, il serait bien de l'entendre. Il a réussi dans le monde artistique car il n'y avait pas d'enjeux, il ne ne voulait pas être le premier ni réussir, il était juste obsédé par le Jazz, par la beauté du jazz. Il est parti l'apprendre aux Etats-Unis. Il est heureux de pratiquer un art qui rassemble. La musique est un langage universel qui abolit la Tour de Babel, un langage des dieux selon Beethoven, l'art le plus spirituel qui soit. Il permet de communiquer avec les esprits. Quand il est triste, il confie sa tristesse au piano qui le guérit. Les Grecs appellent cela la "catharsis".