Le malheur des Américains et des Canadiens privés d’alcool par la prohibition de 1922 fit le bonheur de l’archipel Saint-Pierre-et-Miquelon qui devint la plaque-tournante du trafic d’alcool. La fin de la prohibition signa le terme du boom économique de l’archipel. Il connut un plus grand drame encore avec l’arrêt de la pêche à la morue. Cette industrie donnait du travail aux habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon et les faisait vivre. Aujourd’hui, la pêche à la morue se pratique de façon artisanale, laissant amers les pêcheurs et des bâtiments industriels à l’abandon.