Cette mosaïque représentant le Christ, les bras ouverts, est surplombée par une voûte tout en vitraux, conçue par les architectes de la chapelle du Sacré-Coeur à Hasparren (Pyrénées-Atlantiques), Joseph Hiriart et François Lafaye. Édifié en trois ans dans les années 1930, ce bijou Art Déco est en danger, notamment du fait d’infiltrations d’eau. Le monument, qui avait été financé grâce à la générosité de cinq mille donateurs de soixante-treize paroisses du Pays basque, est racheté en 2012 par la municipalité pour un euro symbolique. Une grande campagne de restauration commence alors : la toiture, les murs et les vitraux, puis les fresques de la nef représentant quarante-huit saints, le clocher et enfin la mosaïque. Comme les vitraux, elle fut réalisée par les frères Mauméjean, un atelier d’artistes très réputé, installé dans la région. Composée notamment de carreaux en grès cérame, de tesselles recouvertes de feuilles d’or, d’argent et de cuivre, l’oeuvre souffre de fissures et de gonflements. Le prix Pèlerin des médias / CFRT-Le Jour du Seigneur viendra compléter le financement de ce dernier chantier : l’entreprise Socra, qui a notamment oeuvré à l’Opéra Garnier, lui redonnera toute sa splendeur.