Résumé de la conférence donnée le Mercredi 6 octobre 14h au Pèlerinage du Rosaire 2021 à Lourdes :
Dans la Bible, Dieu ne cesse de dialoguer avec son peuple, là où il vit, et à travers les épreuves qu’il traverse. Le concile Vatican II a invité les catholiques à discerner les “signes des temps”. A travers les multiples crises que nous connaissons, dans l’Eglise, dans nos vies et dans notre monde, comment trouver l’espérance ? Comment se relever ?
*
La constitution pastorale Gaudium et Spes sur "l'Église dans le monde de ce temps" est l'un des principaux documents de l'Église catholique issus du IIᵉ concile œcuménique du Vatican.
Jean-Pierre Denis en lit cet extrait : "L’Eglise a le devoir, à tout moment, de scruter les signes du temps et de les interpréter à la lumière de l’Evangile de telle sorte qu’elle puisse répondre de manière adaptée à chaque génération aux questions éternelles des hommes sur le sens de la vie présente et future et sur leur relation réciproques."
Jean-Pierre Denis de s’interroger : dans le contexte de la révélation des abus sexuels dans l’Eglise, est-il autorisé à nous dire "Dieu nous envoie un signe" ? Dieu nous parle-t-il à travers ces événements traumatiques comme l’assassinat du Père Hamel, l’incendie de Notre-Dame de Paris, le COVID … ? Dieu s’est-il retiré de notre monde ou tire-t-il les ficelles ? Comment trouver Dieu dans ces crises ? Qu’est-ce qu’un signe de Dieu ? Serait-ce, quand on est au "fond du trou", une bouée lancée depuis le ciel ?
Juda était à la table de Jésus. "Ce qui est né d’un crime ne peut porter la vie." La plus grande persécution de l’Eglise vient de l’intérieur et non de l’extérieur. Le rapport Sauvé sauve l’Eglise.
Jean-Pierre Denis termine son intervention sur l’espérance en citant les propos de Sr. Anne Lécu, religieuse dominicaine :
"L'espérance chrétienne est une décision, un acte. Elle n'est pas un sentiment.
L'espérance chrétienne est celle de ces femmes de l'Évangile qui, de grand matin, sont allées au tombeau pour embaumer celui qu'elles ont aimé et qui a été assassiné. Pourtant elles se sont levées, elles sont sorties de chez elles, elles ont pris du parfum, et elles sont là. Aussi je voudrais donner quelques caractéristiques de cette espérance. Elle est une décision, un acte. Elle n'est pas un sentiment. Elle a la force de cette parole de Thérèse de Lisieux qui dans la nuit la plus noire de la foi (elle craint même de blasphémer, dit-elle) s'écrit : « Je veux croire. » Espérer, c'est « vouloir espérer ». Mais une décision ne peut être prise que par des personnes. Il n'existe pas d'espérance autrement qu'incarnée par des visages, les vôtres. Je dis bien « des » visages, car c'est en associant vos forces et vos talents que vous avez pu construire ces oeuvres que nous célébrons avec vous."

In https://www.paroissemarcelcallo61.fr/se-nourrir-spirituellement/lectures-m%C3%A9ditations/l-esp%C3%A9rance-chr%C3%A9tienne-est-une-d%C3%A9cision-pas-un-sentiment-par-anne-l%C3%A9cu/