Le Jour du Seigneur propose de vivre la fête de Pâques avec une messe en Eurovision en direct de l’église Saint-Pierre, à Fribourg (Suisse). La bénédiction du Pape sera suivie d’un documentaire inédit, qui part à la découverte de la beauté et du sens caché des sculptures qui ornent les cathédrales et églises de France.
 
11h00 : Messe de Pâques

En direct de la cathédrale Saint-Pierre à Fribourg (Suisse)
La Solennité de la Résurrection du Seigneur sera célébrée à l'église Saint-Pierre de Fribourg en Suisse. Construite en 1928 par Fernand Dumas, l'église Saint-Pierre s'inscrit dans le modernisme de l'art sacré voulu par le groupe Saint-Luc et comprend des mosaïques de style cubique de l'artiste italien Gino Severini, dont la gigantesque mosaïque du fond du chœur dédiée à saint Pierre. La partie musicale sera interprétée par la Chanson du Pays de Gruyère, sous la direction de Stève Bobillier. Dans son répertoire de Pâques, la Messe brève en Sib de Mozart sera accompagnée par un trio à corde et par l'organiste fribourgeois Damien Savoy.
 
Président et prédicateur : Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg
 
12h00 : Bénédiction Urbi et Orbi

Prononcée par le pape François, en direct du Vatican.
La bénédiction sera commentée en direct par David Milliat.

12h20 : Documentaire "Le peuple de pierres", de Lucile Bellanger (26')

Depuis le XIe siècle, un peuple de pierres couvre les murs de nos églises et de nos cathédrales. Apparu essentiellement à l’époque romane, la révolution gothique a transformé ces statues. De véritables tableaux ont orné nos édifices religieux, portant un message fort, didactique et séduisant, à destination des fidèles. Au départ figées, les sculptures sont devenues vivantes. Une foule d’hommes, de femmes, d’apôtres, de rois, d’anges, d’animaux, de démons ont peu à peu peuplé les façades et les parties extérieures de nos cathédrales. Ce peuple de pierres est aussi un peuple mystérieux, comme les fameuses gargouilles et chimères de Notre-Dame de Paris, réinventées au XIXe siècle. Ces sculptures ne sont pas toutes visibles. A Reims, des centaines de visages sont étrangement dissimulés dans les hauteurs de la cathédrale. Comment ces sculptures ont-elles évolué ? Quel est leur message ? Pourquoi ont-elles peu à peu conquis les parties hautes de nos églises et de nos cathédrales ? Quel rôle jouent les sculptures dissimulées dans les hauteurs, invisibles des fidèles ? Repoussent-elles les démons hors de ces lieux saints ? Des premiers tympans romans, aux sculptures foisonnantes de la période gothique sur les cathédrales d’Autun, de Reims, de Laon, d’Amiens, de l’église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers et de Notre-Dame de Paris, nous vous proposons un étonnant voyage au pays du peuple de pierres.
 
  Que signifie le mot Pâques ?  
Sanctuaire(s) - Basilique de la Nativité à Bethléem