Références des chants de la messe du 30 juillet 2017 à Juaye-Mondaye.pdf

 

Chant d’entrée

O quelle joie quand on m’a dit :

« Approchons-nous de la maison du Seigneur ! »

O quelle joie ! O quelle joie !

Allons à la maison du Seigneur

 

Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem te voici dans tes murs :

Ville où tout ensemble fait corps !

 

O quelle joie quand on m’a dit :

« Approchons-nous de la maison du Seigneur ! »

O quelle joie ! O quelle joie !

Allons à la maison du Seigneur

 

C’est là que montent les tribus du Seigneur,

Là qu’Israël rend grâce au nom de Dieu.

C’est là le siège du droit, le siège de la maison de David.

O quelle joie quand on m’a dit :

« Approchons-nous de la maison du Seigneur ! »

O quelle joie ! O quelle joie !

Allons à la maison du Seigneur

 

Appelez la paix sur Jérusalem : « paix à ceux qui t’aiment »

Que la paix règne dans tes murs

Le bonheur dans tes palais.

O quelle joie quand on m’a dit :

« Approchons-nous de la maison du Seigneur ! »

O quelle joie ! O quelle joie !

Allons à la maison du Seigneur

 

Première lecture (1R 3, 5.7-12)

Lecture du premier livre des Rois

En ces jours-là, à Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur apparut en songe à Salomon. Dieu lui dit : « Demande ce que je dois te donner. » Salomon répondit : « Ainsi donc, Seigneur mon Dieu, c’est toi m’as fait roi, moi, ton serviteur, à la place de David, mon père ; or, je suis un tout jeune homme, ne sachant comment se comporter, et me voilà au milieu du peuple que tu as élu ; c’est un peuple nombreux, si nombreux qu’on ne peut ni l’évaluer ni le compter. Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal ; sans cela, comment gouverner ton peuple, qui est si important ? » Cette demande de Salomon plut au Seigneur, qui lui dit : « Puisque c’est cela que tu as demandé : je te donne un cœur intelligent et sage, tel que personne n’en a eu avant toi et que personne n’en aura après toi. »

Parole du Seigneur.

 

Psaume 118

 

Bénis sois-tu Seigneur mon Dieu,

En ta Parole j’ai mis ma joie.

 

Mon partage, Seigneur, je l’ai dit,

C’est d’observer tes paroles,

 

Mon bonheur c’est la loi de ta bouche,

Plus qu’un monceau d’or ou d’argent.

 

Bénis sois-tu Seigneur mon Dieu,

En ta Parole j’ai mis ma joie

 

Que j’aie pour consolation ton amour

Selon tes promesses à ton serviteur !

 

Que vienne à moi ta tendresse, et je vivrai :

Ta loi fait mon plaisir.

Bénis sois-tu Seigneur mon Dieu,

En ta Parole j’ai mis ma joie.

 

Aussi j’aime tes volontés,

Plus que l’or le plus précieux.

 

Je me règle sur chacun de tes préceptes,

Je hais tout chemin de mensonge.

 

Bénis sois-tu Seigneur mon Dieu,

En ta Parole j’ai mis ma joie.

 

Quelle merveille, tes exigences,

Aussi mon âme les garde !

 

Déchiffrer ta parole illumine

Et les simples comprennent.

 

Bénis sois-tu Seigneur mon Dieu,

En ta Parole j’ai mis ma joie

 

Deuxième lecture (Rm 8, 28-30)

 Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. Ceux que d’avance, il connaissait, il les a aussi destinés d’avance à être configurés à l’image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d’une multitude de frères. Ceux qu’il avait destinés d’avance, il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu’il a rendus justes, il leur a donné sa gloire.

Parole du Seigneur.

 

Evangile (Mt 13, 44-52)

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à la foule ces paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : le Royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur il va vendre tout ce qu’il possède et il achète la perle.

Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui » Jésus ajouta : « c’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien.

 

Prière universelle

Seigneur Dieu, regarde tes enfants au cœur de l’été. Ceux qui se reposent enfin, après le labeur de l’année, et ceux qui travaillent dur, en ce temps des moissons agricoles et du tourisme vacancier. Donne à chacun le repos de l’âme et la joie de partager en famille ou entre amis de belles découvertes. Nous te prions.

Par Jésus Christ, ton serviteur, nous te prions Seigneur.

Seigneur Dieu, regarde tes enfants au cœur de l’été. Donne aux chrétiens qui cherchent le royaume à travers la prière, la liturgie dominicale, les pèlerinages, les retraites, les camps d’été, un nouveau souffle pour t’aimer et servir ton Eglise. Nous te prions.

Par Jésus Christ, ton serviteur, nous te prions Seigneur.

Seigneur Dieu, regarde tous ceux qui peinent au cœur de l’été. Les malades et leurs soignants ; les prisonniers, leur famille, et le personnel pénitentiaire ; les chômeurs et tous ceux dont le travail est précaire ; les émigrés, les sans-logis. Donne à chacun de rester debout, confiant, et de trouver un appui dans leurs frères chrétiens. Nous te prions.

Par Jésus Christ, ton serviteur, nous te prions Seigneur.

Seigneur Dieu, regarde notre communauté de Mondaye, les religieux, les fidèles de notre paroisse et les nombreux visiteurs. Bénis les jeunes servants d’autel qui achèvent aujourd’hui un camp de formation à l’abbaye. Donne à chacun, selon son âge et ses forces, de venir toujours avec joie dans ta maison. Nous te prions.

Par Jésus Christ, ton serviteur, nous te prions Seigneur.

 

Chant de communion

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

 

Verbe divin que l’amour a réduit au silence ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

 

Tu viens Jésus habiter dans le ciel de mon âme ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

 

Ô pain des cieux qui nous donne la vie éternelle ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

De ton regard tu me suis chaque instant ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

 

Toi seul, Seigneur est mon roc, car tu es immuable ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.

 

Pour me guider jusqu’à toi, tu me donnes ta mère ;

En toi j’ai mis ma confiance.

 

Toi que je reçois dans le fond de mon cœur,

Jésus mon Seigneur et mon Dieu,

Donne-moi d’être tien comme toi tu es mien,

Donne-moi de t’aimer et de te faire aimer.