Extrait de “frère Roger (1915-2005)” : un portrait du réalisateur Jean-Claude Salou (2005, 7 min)

Dimanche 23 septembre, David Milliat reçoit sur le plateau du Jour du Seigneur le frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé avec cette question qui portera l’émission : “Comment nous aider à prier ?”.

L’occasion de revenir sur l’histoire du fondateur de Taizé : le frère Roger (1915-2005). Ce portrait retrace sa vie à travers des images d’archives, de messes et d’interviews. Né le 12 mai 1915 dans le village suisse de Provence, pasteur et fils de pasteur, Roger Schutz tient sa foi de sa grand-mère. En 1940, il s’installe à Taizé, village de Bourgogne où il accueille des réfugiés juifs. En 1944, il est rejoint par trois compagnons et fonde la communauté œcuménique de Taizé. A partir de la fin des années 1960, la communauté accueille de nombreux jeunes pour prier et méditer. Elle devient un centre international de prière et d’échange pour une jeunesse chrétienne venue des différentes parties du monde. Toujours préoccupé par l’unité des chrétiens, frère Roger créée également le pèlerinage de confiance qui se déroule dans de grandes villes du monde. Soutenu par Jean-Paul II dans ses actions, il aura aidé de nombreux jeunes à découvrir le sens de leurs vies. Il meurt à 90 ans le 16 août 2005  tué par une jeune femme d’origine roumaine au cours d’une veillée de prière à Taizé. A sa mort, frère Aloïs lui succède comme prieur de la communauté.

En savoir plus sur la communauté de Taizé.

 

“C’est avant tout quand elle est vécue que la foi devient crédible et se communique.”

Frère Roger (1915-2005)

 

Aujourd’hui Taizé compte une centaine de Frères venus d’environ 35 pays (environ 80 vivent à Taizé, les autres à l’étranger dans des fraternités). Les retraites proposées par la communauté demeure une des deux propositions spirituelles qui plaisent aux jeunes. C’est ce qu’ont révélé les travaux préparatoires de la XVe assemblée générale du Synode des évêques qui se déroule du 3 au 28 octobre prochains au Vatican sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».