Aujourd’hui se clôture à Rome le Synode sur les jeunes, la foi, le discernement et la vocation. L’enjeu est de taille pour l’Église : se réinventer pour pouvoir parler à une génération qui croit de plus en plus en Dieu…

C’est une étude menée par Opinion Way pour La Croix, parue en début d’année : la croyance en Dieu est en nette progression chez les Français âgés de 18 à 30 ans.

Les croyants deviennent légèrement majoritaires :

En 2016, la même étude avait déjà été menée à l’occasion des JMJ, et avait révélé que seuls 46% des jeunes croyaient en l’existence de Dieu. Ils seraient aujourd’hui 52%.

Le nombre de jeune considérant l’existence de Dieu “complètement” exclue est en recul : ils étaient 23% en 2016, et le chiffre se porte à 19% aujourd’hui.

Concernant l’appartenance à une religion

En France, 57% des jeunes déclarent avoir une religion alors qu’ils n’étaient que 53% en 2016 et 34% en 2008. Une augmentation considérable, dans une société où la religion est souvent source de débats. Il est intéressant de noter qu’un quart des jeunes Français, qui se déclarent “sans religion” considère que l’existence de Dieu est “certaine ou probable”. Il est donc possible d’être sensible à l’existence de Dieu tout en étant éloigné des institutions religieuses.

Les jeunes et la spiritualité

Aujourd’hui encore, la pratique d’une religion est présente dans la vie d’une grande partie des jeunes.

39% d’entre eux déclarent avoir déjà prié au cours de leur vie. Parallèlement, un jeune sur cinq a déjà pris part à un rassemblement religieux ou à des pèlerinages, et un jeune sur dix a déjà fait partie d’un mouvement confessionnel de jeunesse.

Au delà du fait religieux, la spiritualité est en vogue chez les jeunes. 39% des jeunes Français accordent une certaine importance à la dimension spirituelle dans leur vie personnelle. C’est une hausse de 9 points depuis la précédente enquête en 2016.

Cette étude d'Opinion Way/La Croix a été administrée en ligne du 28 février au 9 mars auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 à 30 ans, constitué selon la méthode des quotas. La marge d'erreur est de 1,5 à 3 points.