Pour commencer l’année, David Milliat pose cette question Que nous apprend la fragilité ?

Dans notre civilisation qui tente de vaincre tout ce qui nous fragilise, la maladie, le handicap, les limites naturelles de la biologie, une question apparait : ne perd-on pas une part de notre humanité ? Cette interrogation est particulièrement portée par les chrétiens. En effet « C’est dans la faiblesse que se déploie la puissance de Dieu » nous dit Saint-Paul. Mais concrètement qu’est que cela implique dans nos relations aux autres et dans l’appréhension de nos propres faiblesses. Quel regard porte –t-il sur cette société qui pour des motifs louables (progrès médicaux…) veut effacer la faiblesse ? Ne risque-t-on pas d’y laisser ce qui caractérise notre humanité ? Nous chrétiens sommes justement invités à faire une place particulière à la fragilité, mais que cela signifie-t-il ?

Pour répondre à ces questions, David Milliat reçoit Alexandre Jollien, philosophe et écrivain suisse. À cause d’un étranglement par cordon ombilical à sa naissance, Alexandre Jollien est né infirme moteur cérébral et vit au quotidien avec ce handicap et réfléchit dans ses conférences et écrit sur la question de la fragilité dans nos sociétés.