Interview d’Anne-Dauphine Julliand : notre vidéo

Dans deux livres Deux petits pas sur le sable mouillé et Une journée particulière (Les Arènes), Anne-Dauphine Julliand nous racontait son histoire, celle d’une mère confrontée à la maladie et à la mort de son enfant, Thaïs. Elle réussissait cette prouesse d’ouvrir dans la souffrance un chemin d’amour et de vie. Des mots et un élan vital qui ont rejoint un public très large. Le livre Deux petits pas sur le sable mouillé s’est vendu à plus de 220 000 exemplaires.

Avec Et les mistrals gagnants, sorti le 1er février sur les écrans, Anne-Dauphine réalise son premier documentaire et choisit de donner la parole aux enfants. Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre 6 et 9 ans. Ils sont gravement malades. Ils nous entraînent dans leur quotidien : une vie d’enfant faite de rires, de jeux, de leçons… scandée par l’hôpital et les rendez-vous médicaux. Le monde merveilleux de l’enfance dans l’enfer de la maladie.

Si l’on rit avec Ambre, Camille, Imad et Tugdual, si l’on retrouve avec eux l’insouciance de l’enfance… on a aussi le cœur serré tout au long du film tant on aimerait pouvoir épargner à ces enfants tout cet arsenal médical et, son lot de souffrance et d’incertitude. Mais… en nous faisant entendre ces petites voix qui semblent bien adultes parfois, Anne-Dauphine nous invite à avancer plus loin, à nous mettre à leur école. Telle fut son histoire comme celle de ces parents confrontés à l’insoutenable maladie de leur enfant. Un chemin dans lequel les enfants deviennent des maîtres de vie et des guides d’amour, nous invitant à renouer avec l’esprit d’enfance.

Bande-annonce du film
A lire

Anne-Dauphine Julliand, Deux petits pas sur le sable mouillé. Disponible en poche aux éditions J’ai lu (mai 2013) et dans une très belle version illustrée par un ami de l’auteur, Bertrand de Miollis, aux éditions Les Arènes (octobre 2015).

Quatrième de couverture : « Tout commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa fille marche d’un pas hésitant. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. L’auteur lui fait alors une promesse : « Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour. »… »

 

Anne-Dauphine Julliand, Une journée particulière. Disponible en poche aux éditions J’ai lu (novembre 2014).

COUVBANDE_Une-journée-particulière-HD

Quatrième de couverture : « Le 29 février ne revient que tous les quatre ans, il s’agit du jour de la naissance de Thaïs – la petite fille d’Anne-Dauphine Julliand -, atteinte d’une maladie génétique orpheline. Thaïs a vécu trois ans trois quarts : une courte mais belle vie. Lorsque le 29 février réapparaît sur le calendrier, Anne-Dauphine s’offre une parenthèse, sans travail ni obligations, pour vivre pleinement cette journée particulière. Le passé se mêle alors au présent. Chaque geste, chaque parole prend une couleur unique, évoque un souvenir enfoui, suscite le rire ou les larmes… »