A l’occasion de la publication du 4ème baromètre* de confiance des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC), interview de Nicolas Masson, associé gérant du cabinet Tragma, qui a réalisé l’enquête.

75% des dirigeants chrétiens pensent que l’année 2017 sera bonne (contre 21% qui pensent le contraire), une hausse de 9 points. Comment analysez-vous ce chiffre ?

Nicolas Masson : Ce résultat montre que les dirigeants chrétiens ont une vision positive de la situation économique française qui s’améliore. Le climat économique apparait plus serein aux personnes interrogées. C’est un point de vue largement partagé par les dirigeants d’entreprises en France. Mais à titre personnel, l’évolution de la situation économique de son secteur semble moins favorable : 47% pense qu’elle va s’améliorer contre 44% qu’elle va se détériorer. Bref les patrons chrétiens sont très proches des autres chefs d’entreprises.

Qu’est-ce qui différencient les chefs d’entreprises chrétiens des autres ?

Nicolas Masson : Si la perception économique est semblable, les patrons chrétiens ont plus le souci du bien commun. Ils considèrent que ce qu’ils produisent et comment ils produisent n’est pas neutre pour la société. Ils conçoivent leur rôle comme un service destiné au bien commun. Parmi les sujets prioritaires pour eux, la qualité du management (83%) et la formation des équipes (81%).

La troisième priorité des entrepreneurs chrétiens est l’innovation technologique (71% : + 6 points par rapport à 2016), pourquoi cette nette évolution ?

Nicolas Masson : Comme tous les chefs d’entreprises, les entrepreneurs chrétiens ont le souci de ne pas rater la digitalisation et la connectivité de tous les secteurs d’activités. Ces révolutions technologiques demandes des investissements et de la recherche d’où ce chiffre.

Consulter le dernier Cahier des EDC : Bien commun et entreprise

* Ce baromètre a été réalisé en février 2017 auprès de 900 dirigeants chrétiens.