La messe de ce week end sera une messe rare car dite avec le jeu subtile d’un orgue rare et précieux. Rencontre avec un instrument d’exception.

L’Orgue de l’Eglise Saint-Jean-Baptiste de Chaource dans l’Aube est un instrument unique et remarquable. C’est un orgue restauré au plus près de techniques des facteurs d’orgues des XVII et XVIIIèmes siècles.

Construit en 1698 par le facteur d’orgue Louis Le Bé pour l’abbaye bénédictine Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Montiéramey (à 30 kilomètres de Chaource) , il a été complété en 1750 par le facteur Jean Richard. Le buffet a été construit par les menuisiers Desacer et Champagne et par le sculpteur Chabouillet. La tribune à caissons est élégamment supportée par six colonnes torses en bois ornées de pampres. Chaque extrémité de la tribune est surmontée d’un vase sculpté. En 1780, le facteur Jean Richard de Troyes agrandit l’instrument de six jeux. Lorsque les biens de l’abbaye de Montiéramey furent mis en vente, le 1er  juillet 1791, et sur les conseils du facteur Jean-Baptiste Jolly, de Troyes, le Conseil de Fabrique de l’église de Chaource (Chaource était un ancien prieuré de cette abbaye) se porte, alors, acquéreur de l’orgue et de sa tribune, pour la modique somme de 1 500 livres ! L’instrument est démonté puis transporté et remonté dans l’église de Chaource par le facteur Bénigne Boillot, de Dijon, et ce, pour la somme de 860 livres … L’orgue comporte alors 23 jeux sur trois claviers et pédalier en tirasse. En 1847 et 1848, le facteur Nicolas-Antoine Lété de Mirecourt (Vosges) reconstruit l’instrument, l’agrandissant à 32 jeux sur 3 claviers et pédalier.

L’instrument se dégrade au fil des décennies pour se trouver dans un état de délabrement complet dans les années 1950. L’instrument est classé aux Monuments Historiques en 1959 pour son buffet puis en 1962 pour sa partie instrumentale. Une restauration intégrale de l’orgue est alors réalisée de 1973 à 1976 par les facteurs Athanase et son fils Jean Dunand de Villeurbanne (dans le Rhône). Compte-tenu de l’importante de la tuyauterie historique encore présente, une restauration dans la disposition originale s’est imposée. C’est ce que réalise Dunand en ajoutant toutefois deux jeux indépendants à la pédale. Le buffet et la tribune sont restaurés par la maison Maimponte de Bagnolet (Seine St-Denis). Les claviers et le pédalier à la française sont ensuite reconstruits à l’identique en 2013.

Cet instrument au caractère remarquable a retrouvé ses sonorités originales des XVII et XVIIIèmes siècles qui ravissent auditeurs et organistes et permettent la réalisation de nombreux récitals lors du Festival d’Orgue de Chaource.