Ce dimanche, nous serons en direct de Rome à la canonisation du pape Paul VI et de Mgr Oscar Romero. Qu’est-ce qu’une canonisation ? Réponse en images.

Une Canonisation est une décision du Pape pour faire d’un simple catholique un véritable saint. Non pas ce saint mais un saint, un vrai : pas un super chrétien, sans défaut loin … sans faux, mais celui ou celle qui a accepté que l’œuvre de DIEU s’accomplisse en lui.

Pour l’Eglise, le seul et unique vrai saint : c’est JESUS. Pourtant, depuis son origine, l’Eglise propose des modèles à ses fidèles qui sont tous appelés à terme … à devenir Saint. Vaste programme ! Mais n’est pas Saint qui veut !

Alors pour devenir saint, voici le mode d’emploi : il faut être une personne morte qui a lu la Bible pour accueillir la parole de Dieu. Il faut avoir été fidèle à l’Église et avoir pratiqué la charité ; Pas si simple … Mais telles sont les conditions pour être reconnu vénérable.

2ème étape : être reconnu bienheureux, c’est la Béatification. Il faut avoir accompli au moins 1 miracle reconnu après sa mort. C’est le signe de l’action de Dieu à travers cette personne décédée. Autre possibilité, pour être bienheureux : le martyr. Avoir donné sa vie au nom de sa foi.

Enfin, 3ème étape : être reconnu saint, c’est ça la Canonisation. Mais pas de saint sans nouveau miracle qu’il faut avoir accompli après sa béatification. Enfin ça c’est la théorie…

Ces 3 étapes franchies : vous êtes un saint ! C’est donc le fruit d’un long processus aux critères extrêmement rigoureux. Tout d’abord, des chrétiens demandent à ouvrir une enquête à l’Evêque du lieu où la personne est morte, c’est mieux … et ce au moins 5 ans après son décès. L’Evêque constitue, alors, un dossier détaillé et pointilleux. Ce dossier sur le futur Saint, souvent des milliers de pages, est transmis au Vatican, à la Congrégation pour la cause des Saints qui l’instruit à nouveau comme pour un procès. C’est d’ailleurs de là que vient l’expression « se faire l’avocat du diable », car ce procès se fait à charge et à décharge. Ses conclusions sont transmises, ensuite, au Pape qui, au final, tranche.

Il faut compter, en moyenne, plus d’une dizaine d’années de procédure, pour devenir vénérable, puis bienheureux & enfin saint, il faut à chaque fois renouveler tout le processus. Pierre Desproges : « Etonnant non ??? ».