Le jour du seigneur

Homélie de la messe du 27 janvier à Nantes (44)

Attention à « l’Aujourd’hui »

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre »…

Voici sans doute la plus courte de toutes les homélies ! Quel modèle de concision ! Et quelle efficacité !

Résonne particulièrement dans nos cœurs ce beau mot « d’Aujourd’hui »

Aujourd’hui, (maintenant même), il est 5h25 du matin au Panama ; nos amis des JMJ profitent encore de ce précieux sommeil avant la messe finale du pape.

Pourquoi être allé si loin ? Quel est le sens d’avoir déployé tant d’énergie pour rencontrer tant de cultures et entendre ensemble une même parole ?

Cette journée mondiale de la jeunesse, est comme l’aujourd’hui de l’assemblée du temple de Jérusalem qui entend la Loi du Seigneur : « la joie du Seigneur est notre rempart ».

Elle est aussi comme l’aujourd’hui des auditeurs de Nazareth touchés au cœur par la proclamation du Christ : « cette parole s’accomplit ».

 

Aujourd’hui, au Panama, les jeunes sont « envoyés porter la Bonne Nouvelle » par le Saint Père, dans la force de l’Esprit-Saint.

On va aux JMJ pour être envoyés !

Aujourd’hui, ce beau mot « d’aujourd’hui », l’habitons-nous ? Demeurons-nous dans notre aujourd’hui qui est le moment de Dieu ?

Avouons-le : notre aujourd’hui est souvent pris dans le courant de nos activités, de nos projets, de nos souvenirs parfois ! Nous n’y prenons pas toujours attention !

N’y-a-t-il pas un risque de fuir l’aujourd’hui ?

La jeunesse est une période formidable où tout semble possible ; elle est l’âge où l’on se doit d’espérer ! Vous qui étudiez, qui pensez à votre avenir professionnel, vocationnel ; vous les jeunes qui préparez déjà vos prochaines vacances, road-trips ou aventures, vous êtes sans cesse poussés à vous projeter. A penser à votre avenir (et d’ailleurs, bon nombre d’entre vous me confie régulièrement qu’il ne sait pas ce qu’il fera plus tard !) Mais combien, finalement, n’habitent pas leur présent ?

Parfois aussi, à la suite d’une expérience formidable : d’un camp avec des ados, de vacances où se sont fondées de magnifiques amitiés, il peut nous arriver de nous réfugier dans les souvenirs, voire la nostalgie ! Comme si ce qui s’était passé, était à jamais perdu ! Et le présent nous semble terne et sans promesses…

Chrétiens, si nous lisons encore des Ecritures anciennes (Isaïe avait 7 siècles d’âge quand Jésus le lit à Nazareth !) serait-ce pour faire de l’archéologie littéraire chaque dimanche ? Est-ce une tentative désespérée de rendre moderne une Parole qui serait éteinte ?

Jésus lui-même contredit cette opinion en affirmant : « cette Parole aujourd’hui s’accomplit ! »

 

Dans l’Evangile selon Saint Luc, à 4 moments clés, on entend le mot d’aujourd’hui : « aujourd’hui vous est né un sauveur » disent les anges aux bergers de Bethléem ; « aujourd’hui cette Parole s’accomplit » dit Jésus à Nazareth en inaugurant sa mission ; « aujourd’hui, le salut est entré dans cette maison » à Zachée qui vient de se convertir ; et enfin, « aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » : cette phrase bien connue du divin Crucifié au Larron repenti !

A chaque fois, « aujourd’hui » est une marque que le salut, c’est maintenant ! Le salut est présent !

A chacun d’entre nous, cet évangile est adressé et nous pouvons nous reconnaître dans ce Théophile –littéralement, cet ami de Dieu- à qui Saint Luc écrit ! Que nous soyons ici dans cette assemblée, ou derrière notre télévision : aujourd’hui, nous sommes touchés par la puissance de la Parole de Dieu ! Aujourd’hui, Dieu agit pour nous ! Aujourd’hui, maintenant : nous sommes aimés ! C’est vrai ! C’est présent !

Alors, allons à revers des discours nostalgiques : « hier c’était mieux ! » Ou des rêves utopiques : « demain, je serai un saint ! … »

Et pourquoi pas aujourd’hui ?

Répondons aujourd’hui à l’amour du Seigneur ! Il est là ! Il est en moi ! Il se rend proche par sa Parole, par l’Eucharistie, ici et maintenant ! Dans mon recueillement, dans mes rencontres, dans mon silence aussi !

Rappelons-nous le poème de la Petite Thérèse :

« Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère

ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit

Tu les sais, ô mon Dieu, pour t’aimer sur la terre

Je n’ai rien qu’aujourd’hui ! »

Texte de l'Homélie

Prédicateur : P. Edouard ROBLOT

Paroisse : Basilique Saint-Nicolas

Ville : Nantes

Temps : Temps Ordinaire

Jour : 3ème dimanche

Année : C

Télécharger en PDF