Le jour du seigneur

Homélie de la messe du 16 février 2020 à Neuf-Brisach

Il y a quelques années, mon supérieur m’a demandé de quitter la communauté où je me trouvais plutôt bien, pour aller dans un autre, pour une mission nouvelle, un peu inconnue. Mais il m’a dit : « Je ne te forcerai pas. J’attends ta réponse. »

Sa requête m’a beaucoup troublé. J’aurais préféré qu’il m’oblige, je n’aurais eu qu’à obéir, sans réfléchir, machinalement. Là, il fallait que je réfléchisse, peser le pour, le contre, tâcher de comprendre la logique derrière sa demande. Bref, j’étais perdu. Quand on est perdu, on a recours à des moyens extrêmes.

J’ai fait ce que je ne fais jamais. J’ai dit au Seigneur : envoie-moi un signe (en vérité cela voulait dire dans ma tête : choisis pour moi). J’ai ouvert ma bible de poche : « Que votre oui soit oui, non soit non… tout le reste vient du mauvais ! » J’étais bien avancé ! Le Seigneur me jouait un sacré tour. « Tu veux que je fasse le boulot à ta place – non ! » J’étais remis face à ma responsabilité.

Pas étonnant. Jésus n’aime pas bien nous voir obéir comme des machines. Respecter la loi pour la loi, ce n’est pas son truc. Il n’est pas contre la loi ni l’obéissance, non. Vous l’avez entendu « Dieu n’a donné à personne permission de péché », c’est plutôt clair. Mais il veut que nous comprenions la loi. Il est bien plus exigeant d’obéir en acceptant les raisons derrière le commandement, que d’obéir sans comprendre. Celui qui obéit en comprenant n’aura sans doute plus jamais besoin d’un rappel à la loi.
Mais celui qui obéit sans réfléchir finira par désobéir à nouveau. Et je pense que Dieu a autre chose à faire que de nous rappeler la loi à tout bout de champ.
Jésus veut nous faire entrer dans l’esprit de la loi qui n’est rien d’autre que la sagesse, parce qu’il connaît le psaume : « Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur ! » La sagesse rend heureux…

Alors évidemment, tout le monde la cherche, la sagesse. C’est très à la mode ça, la sagesse. Promenez-vous dans le rayon « ésotérisme » ou « développement personnel » de votre librairie préférée. Vous aurez trente livres sur la sagesse, mais je parie un kouglof qu’aucun de ces livres ne parlera du Christ. Etrangement, on part la chercher ailleurs que dans le christianisme. C’est qu’elle est tenue cachée en Christ cette sagesse, et l’on risque toujours de s’égarer en route en la cherchant.

Pourtant, ceux qui crucifièrent Jésus se rendaient bien compte que ça se jouait autour de lui. Ils avaient compris que cet homme venait remettre un peu de sagesse dans toute leur folie religieuse ou politique. Alors ils voulurent le faire taire, définitivement.

Ils transpercèrent Jésus de leur lance, en pensant tuer la sagesse. Mais ils ne l’ont pas tuée, ils l’ont découverte. Tu veux savoir où est la sagesse ? Alors regarde la croix. Pas avec le regard des passants qui injurient la Christ ou haussent les épaules (un mort de plus qu’est-ce que cela pourra changer, il est mort, tout est fini), pas avec le regard de ceux qui l’ont tué (maintenant, on peut légiférer tranquille, sans tenir compte de la sagesse), mais avec le regard de l’Esprit, qui découvre sur la croix un Dieu qui nous laisse libre de nos actions, et qui nous montre l’exemple d’un amour total. Son oui fut un oui, jusqu’au bout.

Oui aux hommes, oui à Dieu. C’est ça la sagesse ! Moi, j’ai finalement dit « non » à mon supérieur. En toute conscience, après avoir pris conseil. Il tint sa parole et ne m’en fit pas le reproche. J’ai vécu là-bas d’autres années heureuses et bénies. Parce que, je crois, Dieu prend au sérieux un « oui » ou un « non » réfléchis, sagement. Quatre ans après, il me fit une même requête. J’étais prêt. Cette fois-là, pas de bible ouverte, mais une simple prière, les yeux devant la croix de notre église. « Viens Esprit Saint, éclairer mon intelligence et purifier mon cœur. Je ferai le bon choix. » Ce fut « oui ». Que voulez-vous, la sagesse prend son temps. Alors un conseil, pour tous ceux qui doivent faire un choix. Invoquez la sagesse. Et si vous ne savez pas comment faire, prenez la feuille de messe. Elle contient une prière magnifique, le psaume du jour. Les uns pour les autres, et pour tous ceux qui nous regardent, redisons-le ensemble :

« Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout cœur !
Toi, Seigneur, tu promulgues des préceptes
à observer entièrement.
Puissent mes voies s’affermir
à observer tes commandements ! »

Références bibliques : Si 15, 15-20 ; Ps 118 (119), 1-2, 4-5, 17-18, 33-34 ; 1 Co 2,6-10 ; Mt 5, 20-22a, 27-28, 33-34a-37

Texte de l'Homélie

Prédicateur : Fr. Franck Dubois

Paroisse : Eglise Royale Saint-Louis

Ville : Neuf-Brisach

Temps : Temps Ordinaire

Jour : 6ème dimanche

Année : A

Télécharger en PDF