Le Jour du seigneur

Le Jour du seigneur

Homélie de la messe de la Toussaint 2020 à Orsay

Nous venons de proclamer les béatitudes du Christ : nous sommes faits pour devenir bienheureux en le suivant. Ces béatitudes, Jésus les a vécues dans une vie d’homme réussie aux yeux de Dieu. Regardez-le, contemplez-le : c’est lui, l’Homme, l’Homme parfaitement réussi, le Saint de Dieu. Il ne se contente pas d’instruire la foule et ses disciples sur la montagne, surtout, il accomplit les béatitudes dans sa vie d’homme réussie aux yeux de Dieu.

Il dit qu’il inaugure en sa personne la vie de Dieu qu’il vit de toute éternité. Il dit qu’il est un pauvre devant son Père en recevant tout de lui. Il dit qu’il est un doux quand il rejoint la brebis égarée jusque dans ses propres errances et qui la porte sur son cœur. Il dit qu’il pleure devant son ami Lazare qui est mort, devant le père Jacques Hamel, Samuel Paty, ces deux femmes et Vincent le sacristain égorgés jeudi à Nice et tant d’autres. Tant d’autres martyrs de la folie meurtrière de certains. Il dit qu’il a faim et soif de la justice quand la prostituée est mal jugée.

Lui qui s’appuie sur son Père, il dit qu’il est la paix de Dieu à ceux qui tuent au nom de Dieu. Il dit qu’il est insulté, persécuté, martyrisé quand il annonce la Bonne Nouvelle de son Père et qu’on cherche à le supprimer, lui qui incarne sa vie d’homme réussie aux yeux de Dieu. Et quand tout est accompli sur la croix, il dit que sa récompense est grande quand il reçoit de son Père la résurrection qui restitue à notre monde meurtri sa ressemblance divine.

Nous sommes invités aujourd’hui à vivre notre marche en pèlerins, parfois dans la grande épreuve, parfois en lavant nos vies dans le sang des hommes, mais blanchies par le sang de l’Agneau, avec tous ceux qui nous précèdent et que nous irons honorer dans nos cimetières ou dans notre cœur, et avec ceux qui nous suivront dans le temps.

Nous croyons, -et c’est l’espérance qu’il faut redire à temps et à contre temps-, que nous serons revêtus de blanc par le Christ lui-même, gratuitement, en recevant de lui la sainteté que, certainement pour une part, nous vivons déjà. Je pense en disant cela à tous les saints et les saintes de la vie quotidienne : cette personne paralysée sur son fauteuil qui donne son sourire ; ce mari qui sert son épouse alors qu’elle ne le reconnaît même plus ; ces parents qui restent en lien avec leur grand ado plongé dans la toxicomanie ; ce prisonnier qui prie pour sa victime et qui, à genoux, implore à Dieu son pardon… tous ces saints et ces saintes du quotidien que j’aime tant et pour qui je prie de m’aider devenir saint. Quoiqu’il arrive. Car c’est ma vocation

Frères et sœurs, avec saint François d’Assise, héraut du dialogue avec tous les habitants de la terre, avec le Sultan qu’il a découvert non pas comme un ennemi à abattre mais un frère à aimer, frère François si délicat et respectueux de dame notre mère la terre, réapprenons à vivre avec les autres. Même confinés, surtout confinés. Recevons de Dieu cet appel à être bien-heureux à être une graine de saint pour rendre les autres bien-heureux. Ne laissons jamais seul un de nos proches, un malade, une maman, un papa. Même par zoom ou par skype. Prenons soin les uns des autres. N’attendons pas que l’autre soit meilleur pour l’aimer car il attend d’être aimé pour devenir meilleur. Respectons-nous dans nos différences comme l’a si bien montré François d’Assise, pour défaire les murs qu’hélas nous bâtissons pour nous protéger de l’autre. Réapprenons la courtoisie avec nos frères et sœurs d’autres religions ou sans confession en aimant ce qu’il y a de vrai, de beau et de bon en eux plutôt que d’exhiber ce qui pourrait les blesser. Donnons, quoi qu’il en coûte, le meilleur de nous-mêmes, ce bienheureux que je suis déjà parce que j’ai décidé de suivre le Christ. Jusqu’au bout de l’amour. Être une graine de saint, pour être bon pour les autres, comme le Christ.

Alors, en présence de tous les vivants de la terre et du ciel, avec Marie qui est la première d’entre nous à vivre de cette sainteté de Dieu, nous deviendrons qui nous sommes, fils et filles de Dieu, des saints assemblés pour chanter le Seigneur : « Louange et gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu pour les siècles des siècles » !

Texte de l'Homélie

Prédicateur : Fr. Benoît Dubigeon

Paroisse : Centre spirituel franciscain de la Clarté-Dieu

Ville : Orsay

Temps : Cas particuliers

Jour : Tous les Saints

Télécharger en PDF