Le jour du seigneur

Demeurer dans le Christ, oui, mais comment ?

Un testament, tout le monde doit le respecter, n’est-ce pas ?
Les dernières volontés de quelqu’un, on les garde précieusement.
Il vous et peut-être arrivé de vous pencher en prêtant l’oreille vers un proche qui allait mourir, pour ne rien perdre de ses dernières recommandations.

L’apôtre Jean a recueilli les dernières recommandations de Jésus, avant sa mort. C’était au cours de son dernier repas. Il les a regroupées dans ces superbes chapitres 15, 16 et 17 de son Evangile. Le texte proclamé tout à l’heure en fait partie. Il exprime quelques-unes des dernières volontés de Jésus, celles auxquelles il tient le plus, parce que, sans doute, l’avenir de son message en dépend.

" Je suis la vigne, vous êtes les sarments ".
" Demeurez en moi, comme le sarment demeure sur le cep ".

Dans cette allégorie de la vigne, les exégètes nous font remarquer qu’il y a un mot qui est répété sept fois en quelques lignes, c’est le verbe demeurer… "  Demeurez en moi ". La recommandation est si forte que l’image de la vigne disparaît dans le propos Elle a servi de support, de tremplin pour que soit proposée cette recommandation essentielle : Demeurez en moi. "

Les chrétiens sont donc des hommes, des femmes qui " demeurent dans le Christ. " D’où l’inévitable question qui nous est posée : " Vous demeurez en Jésus, oui, mais comment ? " " Où rencontrez-vous le Christ ? " " Comment pouvez-vous être sûrs de rencontrer le Christ ?

* *
*

La question est de taille, c’est le coeur de la foi chrétienne. Il convient que la réponse soit claire. Claire et pourtant modeste. On ne rencontre pas le Christ en direct, comme vous rencontrez votre voisin de pallier dans l’ascenseur, chaque matin. Et ceux qui le prétendent se trompent presque toujours. Ils pourraient bien prendre leur imagination pour la réalité. L’Eglise est beaucoup plus prudente, plus réaliste. Elle sait, et elle nous dit que le Christ, on ne le rencontre pas en direct, mais par des intermédiaires, des médiations. Il faut emprunter trois chemins pour rencontrer le Christ, tous les trois aussi indispensables :

  • le chemin de la Parole de Dieu

     

  • le chemin de la prière et des sacrements

     

  • le chemin de la vie quotidienne.

 

* *
*

Le chemin de la Parole de Dieu
Pour demeurer dans le Christ, il faut demeurer dans sa Parole. Il faut prendre du temps pour accueillir la Parole de Dieu et ne pas se contenter de quelques phrases d’évangile, toujours les mêmes, lues rapidement. Concrètement. Ne cherchez pas midi à quatorze heures !

La Parole de Dieu, vous le savez bien, c’est la Bible, l’Evangile, une revue, un livre religieux, les homélies du dimanche, une émission religieuse sur France-Culture ou à la télévision. Mais, quand prenons-nous du temps pour " demeurer " dans cette Parole de Dieu, quand, dans une semaine, … un mois, … une année ?
Les enfants, vous voyez l’importance du catéchisme.
Les jeunes, vous voyez l’importance d’une aumônerie ou d’une équipe de réflexion.
Les adultes, reconnaissons l’importance de prendre le temps d’une réflexion autour de la Parole de Dieu, seul ou avec d’autres.

Jésus nous parle de cette manière, mais sommes-nous au rendez-vous pour l’écouter : Demeurer dans la Parole de Dieu exige du temps… des moments précis.

Je me souviens d’une conversation qu’un prêtre ami m’a rapportée. Un homme s’est présenté à lui en disant : "  Monsieur, moi je suis totalement incroyant.
C’est votre droit, Monsieur, mais avez-vous lu l’Evangile ?
Non, dit l’homme.
Mais sans doute avez-vous entendu parler de la parabole de l’enfant prodigue ?
Euh, non, concède notre mécréant .
Sans doute connaissez-vous les Béatitudes ?
Mais non, dit l’homme agacé .
Alors, vous n’êtes pas un incroyant, vous êtes seulement ignorant.

* *
*

Deuxième chemin pour demeurer dans le Christ : le chemin de la prière de des sacrements. Pour demeurer en sa présence, il faut lui parler, l’écouter. C’est la prière, fidèle, régulière, fréquente, où l’on dure un peu, et pas seulement " une petite prière en passant ".

Faut-il redire aujourd’hui l’importance de la prière ? Je me servirai pour cela d’un mot, facile à retenir, un mot suggéré je crois, par le Père Jean-Pierre Lintanf. La prière est un entretien… entretien aux trois sens du mot :

  • un entretien : on s’entretient avec quelqu’un, avec le Christ.
    " Seigneur, j’ai un grand merci à te dire ".
    " Seigneur, j’ai des gens à te recommander ".
    " Inspire-moi, Seigneur, la parole qui convient ".
    " Rappelle-moi l’importance du pardon ".

     

  • un entretien… comme on entretient son anglais, comme on entretient sa voiture… comme on parle du service-entretien.
    La prière maintient l’Evangile en état de marche, dans ma vie.

     

  • un entretien… Dans la prière, on s’entre-tient, on se soutient les uns les autres. On prie les uns avec les autres, les uns pour les autres, on s’entre-tient.

 

L’étroite union avec le Christ se réalise donc dans la prière. Et cette étroite union se réalise également de façon privilégiée dans les sacrements et particulièrement dans la communion à la messe, vous le savez bien. Dans la communion, on s’unit au Christ, on fait corps avec lui, on reçoit son amour pour tenter, nous-mêmes, de suivre son chemin de vie et d’amour.

* *
*

Enfin, le troisième chemin, le chemin de la vie quotidienne.
Pour demeurer dans le Christ, pas question de quitter notre vie de tous les jours. Le vrai disciple de Jésus n’est pas celui qui décolle de l’humain, celui qui " fuit ce bas-monde ", comme on disait autrefois, mais celui qui s’y enracine. L’Evangile nous enseigne que le Christ n’est pas enfermé dans les temples, mais qu’il demeure désormais à fleur de visage, dans le temple immense et tragique de l’humanité.

" Ce que l’on fait au plus petit de ses frères, c’est à lui qu’on le fait. "
On ne peut pas se dire disciple du Christ, proche du Christ, si l’on n’est pas proche de ses frères, si l’on n’essaie pas de les aimer comme Jésus nous a aimés.

* *
*

Je conclus. Au début de son Evangile, l’apôtre Jean nous raconte le premier dialogue que Jésus a eu avec ses disciples.
– "  Que cherchez-vous ? leur demande-t-il.
Les disciples l’interrogent à leur tour :
Maître, où habites-tu ?
Eh bien : venez, et vous verrez. "

Venez et vous verrez… C’est ce que le Christ nous dit ce matin…
– Venez… reprenez le chemin de ma Parole et vous me trouverez.
– Venez… reprenez le chemin de la prière et vous me rencontrerez.
– Venez… reprenez le chemin de votre vie et vous me croiserez.

Trois chemins donc qui méritent le détour.

Références bibliques :

Référence des chants :

Texte de l'Homélie

Prédicateur : Corbineau Jean

Paroisse : Saint-Paul de Chevry-Belleville

Ville : Chevry-Belleville (Essonne)

Temps : Temps Pascal

Jour : 5ème dimanche

Année : B