La Toussaint, la fête de tous les saints

La toussaint est célébrée chaque 1er novembre, et la tradition veut que les familles se réunissent ce jour-là autour de leurs défunts pour honorer leur mémoire et fleurir leur tombe. Dans l’Eglise, cette fête est celle d’une communion céleste et joyeuse, celle des hommes encore vivants avec tous ceux qui sont déjà partis et qui sont désormais « au ciel ».

Cela commence dès la Genèse où Dieu crée l’homme à son image et à sa ressemblance. Invitée à refléter Dieu, toute personne est appelée à la sainteté. Au chapitre sept de l’Apocalypse, Saint Jean écrit : « Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l’Agneau ». Pour la bibliste Marie-Noëlle Tabhut, cette foule innombrable, représente l’humanité toute entière dont la vocation est d’être sauvée et de « chanter le Salut de Dieu ». 

Qui est saint ?

Dans la Bible, le peuple d’Israël est appelé « peuple saint » car il est considéré comme étant le peuple de Dieu, le peuple sacerdotal et royal. « Soyez saints, parce que je suis saint, moi le Seigneur votre Dieu » est-il écrit dans le livre du Lévitique. L’Église du Christ est sainte, parce qu’elle est « le nouveau peuple de Dieu » écrit saint Pierre. Elle est sainte et immaculée « parce que le Christ l’a lavée dans son sang. » dira Paul. Et, par cette fête, l’Eglise rappelle donc aux hommes qu’ils sont tous appelés à la sainteté, même si les chemins pour y parvenir peuvent être sinueux…

Lorsque l’Eglise reconnaît à une personne le titre de saint, elle le « canonise ». C’est un très long cheminement qui est expliqué ici en vidéo :

Historiquement

La Solennité de tous les saints semble être liée à la dédicace de l’ancien temple romain du Panthéon par le pape Boniface IV au début du VIIe siècle. Originellement dédié à tous les dieux, le Panthéon fut consacré à Marie et à tous les martyrs, auxquels on ajouta plus tard les confesseurs. L’anniversaire de la dédicace du Panthéon, et donc la fête de tous les saints, fut fixée d’abord au 13 mai, puis, en 835, au 1er novembre.

Le 2 novembre, l’Eglise inclut dans sa prière liturgique tous les défunts pour les accompagner. Tous, vivants ou morts, sont réunis sous le vocable de « la communion des saints », c’est-à-dire qu’ils sont déjà réunis en Dieu par la foi.

Sources

Apocalypse de saint Jean 7, 14
Livre de l’Exode 19, 5
Lévitique, 19
1 Pierre 2,9
Ephésiens 5, 27
CEF, le défunt https://liturgie.catholique.fr/lexique/defunt/
CEF, Qu’est-ce qu’un saint ? https://liturgie.catholique.fr/accueil/annee-liturgique/les-fetes-et-les-saints/5021-le-culte-des-saints-dans-l-eglise/
CEF https://liturgie.catholique.fr/accueil/annee-liturgique/le-temps-ordinaire/la-toussaint/
CEF https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/toussaint/
Croire.com https://croire.la-croix.com/Definitions/Fetes-religieuses/Toussaint
Vatican II, Constitution sur la sainte Liturgie, n° 8

Marine de Vanssay