L’Église catholique est la plus importante des Églises chrétiennes. Au fil des siècles, elle a affirmé ses convictions, ses traditions, sa structure. Aujourd’hui, dans l’amitié avec les autres Églises, elle conserve toujours son originalité, et avec elle une culture unique.

« Catholique » : universel

« Église », ekklesia, signifie « assemblée ». « Catholique », katholicos, signifie « universel ». À l’origine, donc, l’Église catholique est l’Église de tous les chrétiens, dans le monde entier. Et c’est toujours la vocation de l’Église : apporter l’Évangile du Christ au monde entier, sans distinction de race et de statut.

Une Église, des Églises

Cependant, les différents théologiques et les querelles humaines et politiques (les chrétiens ne sont pas parfaits !) ont entraîné des divisions. Au début du moyen âge, l’Église d’Occident et l’Église d’Orient ont subi une séparation. La première a gardé l’adjectif « catholique ». La seconde a gardé l’adjectif « orthodoxe » (qui a une foi droite). C’est ainsi que « catholique » a pris un sens restreint. L’Église d’Occident a pour chef l’évêque de Rome, surnommé le pape.

Plus grave est la Réforme protestante qui a déchiré l’Église catholique au xvie siècle. Ainsi sont nées les Églises protestantes.

Depuis, de nombreux efforts d’unité ont eu lieu. C’est l’œcuménisme. Catholiques et orthodoxes sont désormais d’accord sur la théologie. Catholiques et protestants y travaillent. Ce n’est pas facile ; des désaccords subsistent sur les sacrements, les ministères (évêque, prêtre et diacre), le culte des saints et le culte en général, ou encore les dogmes. Mais du moins échange-t-on dans l’amitié. L’idéal est de parvenir un jour à reconstituer une Église vraiment universelle, « catholique ».

Une Église originale

Ceux qui ont grandi dans le catholicisme en mesurent rarement l’originalité. L’Église catholique est fortement structurée, avec un chef unique, le pape ; des réunions générales à la forte autorité, les conciles ; une grille de diocèses dirigés par les évêques et de paroisses avec leurs curés. Elle possède un ensemble de normes développé : non seulement les dogmes, mais les documents majeurs du pape, qu’on appelle le magistère, une tradition théologique et spirituelle longue de deux mille ans, une sensibilité qui lui est propre, comme l’accent mis sur la Vierge Marie et l’eucharistie ou, plus anecdotique, les détails de titre (« Monseigneur », « abbé », « pape ») et de costume. Cette structure solide lui donne une grande force.

Sa liturgie est unique : on célèbre à peu près de la même façon dans le monde entier. Longtemps la langue fut unique : le latin. Contrairement aux orthodoxes qui sont très sensibles au mystère, à l’esthétique, l’Église catholique est fortement intellectuelle. La rigueur du raisonnement tient une grande place dans sa pensée. Cela n’empêche pas, toutefois, que l’Église catholique ait accumulé au long de son histoire les chefs-d’œuvre de poésie, de musique, d’architecture… L’Église catholique a une imposante culture, nuancée selon les pays, mais largement commune.

Être catholique, qu’est ce que c’est ?

Est catholique celui qui a été baptisé dans l’Église catholique ou qui, baptisé dans une autre Église, a adhéré à l’Église catholique (il n’y a qu’un seul baptême chrétien). Dès lors, il entre dans la communauté chrétienne de sa paroisse, de son diocèse. Il est invité à être actif dans cette Église locale. Il se nourrit non seulement de l’Évangile, mais de toute la riche tradition catholique, les saints, les pèlerinages, les mystiques, les intellectuels… Il s’approprie cette culture. Il s’efforce de suivre les élans et les normes du magistère. Il est membre d’un corps qui s’étend non seulement dans l’espace, mais dans le temps ; par la communion, il est uni à tous les chrétiens qui l’ont précédé et qui le suivront.

Être catholique c’est penser en « nous », même en conservant sa liberté critique. Recevoir un trésor et s’efforcer de le transmettre intact. Et surtout faire de cette communauté structurée une communauté de charité, c’est-à-dire d’amour.

 

Frère Yves COMBEAU, o.p.