Chaque semaine, Emilie Tardivel répond à la même question que nos invités. Cette semaine : comment redonner un visage aux migrants ? Emilie Tardivel est professeur de philosophie morale et politique à l’Institut Catholique de Paris.

Impressions de David Milliat, après le tournage :

Si vous ne la connaissez pas encore, je suis très heureux de vous présenter Emilie Tardivel, professeur de philosophie morale et politique à l’Institut Catholique de Paris. Elle va nous accompagner ces prochaines semaines sur notre site internet. Nous  la retrouverons chaque semaine après la diffusion de nos émissions sur les grands enjeux de la présidentielle : politique, migrants, chômage, handicap, bioéthique, pauvreté et laïcité. Nous lui avons posé la même question qu’à nos invités. Elle répond avec son point de vue de philosophe. Une jeune philosophe qui aime l’actualité et qui s’exprime avec des mots simples. C’est presque jubilatoire de l’écouter.  Car avec elle on a l’impression de devenir subitement très cultivé et très intelligent. Elle rend accessible des idées et des concepts philosophiques ardus. Le propos est dense mais les arguments s’enchaînent logiquement et clairement. J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser ces entretiens car, même si je ne suis pas toujours d’accord avec elle, Emilie a une savoureuse vision du monde. Jamais noire, jamais blanche. Elle m’a emmené dans cet espace où la réalité est complexe, où je ne suis jamais sûr de rien. Personnellement,  c’est dans cette réalité « grise » que j’avance le mieux. Alors, vous aussi, n’hésitez pas. Tentez l’expérience pour vous laisser surprendre.  

Revoir notre rencontre avec Grégoire Gosset, réalisateur, auteur du reportage “Voyage en terre promise”. Comment redonner un visage aux migrants ?

 

Impressions de David Milliat, après l’enregistrement de l’émission :

Grégoire Gosset, le sens de l’aventure humaine… Qu’avons-nous à dire et à montrer de différents à propos des migrants ? On en parle tous les jours  dans les médias. On les voit à la télévision, on les croise même parfois dans la rue. Mais finalement que connaissons-nous d’eux ?  Derrière le mot « migrants », il y des personnes. Avec leurs personnalités, leur histoires, leurs cultures. Ils sont comme nous finalement ! Même si parfois, on a dû mal à s’en rendre compte. C’est le talent de Grégoire Gosset, le réalisateur de « Voyage en Terre promise » : il nous aide à ouvrir les yeux sur l’humanité de ces hommes et de ces femmes qui ont pris des risques énormes pour venir en Europe. Grégoire a su les mettre en confiance pour qu’ils racontent leurs histoires. Sur le plateau, je l’interroge sur ce qu’il a vécu  pendant le tournage. Grégoire parle simplement. Pas de chichi. Juste ce qu’il a vécu aux côtés de ces gens qui, décidément, oui, sont vraiment comme nous. A la différence qu’ils ont vécu une aventure extraordinaire. Un voyage semé d’embuches très éloignées de nos réalités. Parfois pour le meilleur et souvent pour le pire.