Le Jour du Seigneur vous proposait le 14 octobre dernier une émission spéciale en direct de Rome pour la canonisation de sept saints, dont le Pape Paul VI et Mgr Oscar Romero. Retour en images sur l’homélie engagée du Pape François.

L’Église catholique compte 7 nouveaux saints. On se souvient du Pape Paul VI et de Mgr Oscar Romero, deux grandes figures engagées dans la lutte contre la pauvreté dans un monde catholique en plein bouleversement avec le Concile Vatican II. On compte aussi Nunzio Sulprizio. Ce jeune catholique contemporain du XIXe siècle a connu la maladie et la misère jusqu’à sa mort, à seulement 19 ans.

> Canonisation de Nunzio Sulprizio : la canonisation est-elle réservée aux grands hommes ? 

Sans oublier l’archevêque de San Salvador assassiné alors qu’il célébrait une messe en 1980, les prêtres italiens Francesco Spinelli et Vincenzo Romano. Deux religieuses ont également été mises à l’honneur : l’Allemande Maria Katharina Kasper et l’Espagnole Nazaria Ignazia de Sainte Thérèse de Jésus.

Pour célébrer ce jour si spécial, le Pape François a choisi de commenter l’Évangile selon saint Marc (Mc 10,17-30). Lors de son homélie d’une dizaine de minutes, le Saint-Père a souhaité dépeindre la radicalité des sept nouveaux saints, une radicalité omniprésente dans leur foi comme dans leurs engagements.

Une vocation universelle à la sainteté

En canonisant Nunzio Sulprizio, le Pape François a partagé d’une grande ampleur : la sainteté a vocation à être universelle. Pour cela, il s’est appuyé sur l’héritage de son prédécesseur : “Paul VI nous exhorte encore, avec le Concile dont il a été le sage timonier, à vivre notre vocation commune: la vocation universelle à la sainteté.

Dans son homélie, le Saint-Père a donc appelé chaque croyant à vivre sa relation avec Jésus à travers des actions concrètes et quotidiennes. “À toi aussi, Jésus dit: ‘‘Viens, suis-moi’’. Viens: ne reste pas sur place, car il ne suffit pas de ne faire aucun mal pour appartenir à Jésus. Suis-moi: ne marche pas derrière Jésus seulement quand cela te convient, mais cherche-le chaque jour; ne te contente pas d’observer les préceptes, de faire un peu d’aumône et de dire quelques prières: trouve en lui le Dieu qui t’aime toujours, le sens de ta vie, la force de te donner“, a lancé le Pape François devant près de 70 000 personnes.

“La richesse est dangereuse” 

Le Pape François a également insisté sur l’importance de l’humilité et la nécessité de ne pas céder à l’accumulation de richesses. “On ne peut pas suivre vraiment Jésus quand on est alourdi par les choses. Car, si le cœur est surchargé par les biens, il n’y aura pas de place pour le Seigneur, qui deviendra une chose parmi les autres. C’est pourquoi la richesse est dangereuse et – dit Jésus – rend même difficile le salut. […] Nous le voyons: là où on met l’argent au centre, il n’y a pas de place pour Dieu et il n’y en a pas non plus pour l’homme“, a-t-il scandé sur la place Saint-Pierre

Se détacher des biens pour mieux se rapprocher de Dieu. “Aujourd’hui, Jésus nous invite à retourner aux sources de la joie, qui sont la rencontre avec lui, le choix courageux de prendre des risques pour le suivre, le goût de quitter quelque chose pour embrasser sa vie. Les saints ont parcouru ce chemin“, a affirmé le Pape peu avant la fin de son homélie.

Une homélie qui a rendu hommage à Paul VI. L’ancien Pape a été, aux yeux du Pape François, un “prophète d’une Église ouverte qui regarde ceux qui sont loin et prend soin des pauvres.” À propos de Nunzio Sulprizio, le Saint-Père a eu des paroles fortes, le qualifiant de “saint jeune, courageux, humble, qui a su rencontrer le Christ dans la souffrance, dans le silence et dans l’offrande de soi.”

> Lire le texte de l’homélie en intégralité.