Le jour du seigneur

Ça carillonne à Spechbach-le-Bas

Bonus
Ce dimanche 11 mars, Le Jour du Seigneur a célèbré la messe à Spechbach-le-Bas. Ici dans la tradition du Concordat en Alsace-Moselle, municipalité et paroisse travaillent ensemble. À Spechbach-le-Bas, les laïcs se sont investis pour redonner vie au carillon de l’église.

 

Les cloches de l’église Saint-Augustin résonnent joyeusement. C’est une tradition bientôt centenaire à Spechbach-le-Bas (Haut-Rhin). « Depuis toujours, le carillon sonne plusieurs fois dans la semaine », raconte Claude Walter, président du conseil de fabrique de la commune. « Il y a quarante ans, les larmes aux yeux, le dernier carillonneur se demandait qui jouerait après lui… Après trente ans de silence, le carillon a revécu en 2008. » En Alsace-Moselle, pouvoirs publics et paroisses gèrent ensemble les églises, immobilier et mobilier. Jean-Michel Monteillet, président du comité de rénovation et maire de la commune, précise les fonctions de chacun. « Le conseil de fabrique, présent dans toutes les paroisses alsaciennes, gère les biens mobiliers. Ses ressources proviennent des quêtes. Parallèlement, un comité de rénovation de l’église prend en charge les travaux immobiliers. » Créé en 1976 pour un premier chantier, il organise différentes manifestations durant l’année pour collecter des fonds. Il permet ainsi à la paroisse de rembourser la totalité des frais engagés par la municipalité pour l’église.

 

 

Une organisation complémentaire 

Les conseils de fabrique réunissent traditionnellement les habitants qui s’attachent à l’entretien de l’église. Le fait d’avoir une organisation double, avec le comité de rénovation, permet à davantage de personnes de s’impliquer : cinq au conseil de fabrique et quinze au comité de rénovation. M. Monteillet s’en réjouit : « Il n’y a que du positif ! Les deux organismes sont complémentaires. Les bénévoles sont heureux de travailler ensemble, pour leur commune, même s’ils ne participent pas forcément à l’acte religieux. »

 

 

Un carillon unique dans la région 

Ainsi, le carillon fait partie de l’identité de Spechbach-le-Bas. Les travaux d’électrification entrepris par le comité de rénovation lui ont redonné vie. Georges Burgy, membre du conseil de fabrique, explique : « Le système d’automatisation est confié à une entreprise extérieure. À notre demande, le prestataire peut programmer des musiques différentes. Le carillon joue l’Ave Maria mais aussi “l’Hymne à la joie” ou “On entend siffler le train”… Certains carillonneurs viennent jouer manuellement, depuis le clavier installé dans la sacristie. » Auparavant, l’ancien système d’automate présentait des risques d’incendie avec son moteur à charbon. Le jeu manuel était rendu délicat par un délai à respecter entre chaque frappe de cloches sous peine de casse. Aujourd’hui, un électro-aimant entraîne les sept cloches pesant un total de plus de quatre tonnes. « C’est un carillon assez unique dans le Haut-Rhin. Ses mélodies attirent l’attention. Depuis toujours, les cloches sonnent le samedi après 13 heures. Autrefois, c’était l’appel à la confession ! La tradition est restée, les habitants y sont très attachés. »

Laure Berry

Voir ou revoir la messe à Spechbach-le-Bas

Vous serez aussi intéressé par

Bonus

Série documentaires de Carême : Ecrivains spirituels, la foi d’écrire

En savoir plus

Evènement

Le prix littéraire du Jour du Seigneur – découvrir la sélection des livres.

En savoir plus

Vos réactions

jean-paul

Bonjour,très belle cérémonie hier matin , j’ai très impressionner par l ‘organisation du plateau , j”aimerai commandé le DVD merci pour infos réponse bien Cordialement


Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.