En Martinique, dans le village de Josseaud (au sud de l’île), l’équipe de « Bèlè Lègliz » mène, depuis 2006, une expérience originale d’inculturation. Il s’agit d’intégrer, dans la liturgie de la messe, le Bèlè (“Bèl lè” signifie : bel endroit, bon moment), terme générique qui désigne à la fois : un genre musico-chorégraphique et un instrument, le tambour bèlè inventé par les esclaves martiniquais.

Au fil du temps le Bèlè est devenue une façon d’être ensemble et de partager des valeurs de solidarité, partage et résistance culturelle. Découverte.