“Grâce à la télévision”

Un film-fiction d’après un scénario du père Raymond Pichard et une mise en scène du réalisateur Georges Folgoas (1965, 54 min).

Dans le cadre de cette année qui est marquée par les 70 ans du Jour du Seigneur et qui débute par l’émission du 7 janvier, nous vous proposons de revoir ce film “Grâce à la télévision” qui date des années 1960. Son scénario est écrit par le père Raymond Pichard, le dominicain fondateur du Jour du Seigneur, et on doit la mise en scène au réalisateur Georges Folgoas.

C’est un film-fiction dans lequel Léon Zitrone présente à Monsieur Edmond Durand le Jour du Seigneur : ses programmes, ses lieux de messes, ses studios et présentateurs, sa fabrication et ses équipes, et même ses bureaux… En 54 min, nous revisitons le contenu de l’émission dans les années 1960. Nous revoyons aussi certains programmes et événements qui ont jalonné les 10 premières années du Jour du Seigneur comme la première messe télévisée au monde de Noël 1948 ou l’enregistrement du premier message d’un Pape, Pie XII, pour Pâques 1949… C’est l’audace du fondateur du Jour du Seigneur, le père Raymond Pichard, et des premières équipes qui ressort de ce film.

A l’heure où la télévision est encore balbutiante, ils n’hésitent pas à aller sur le terrain auprès des victimes comme lors de ce reportage à Fréjus au lendemain de la catastrophe du barrage de Malpasset, à demander l’autorisation au Vatican pour rentrer dans le carmel de Lisieux… Si cela peut nous paraître évident aujourd’hui, il fallait un certain aplomb à l’époque pour parvenir à de telles réalisations.

“Propager la foi grâce à la télévision” : c’était le souhait du fondateur du Jour du Seigneur. Ce film répond aussi à certains reproches ou interrogations qu’a pu susciter le programme à ses débuts. Peut-on vraiment diffuser un acte aussi sacré que la messe à la télévision ? A qui est-elle destinée cette messe télévisée ? Ne va-t-elle pas vider un peu plus les paroisses ? Un film donc qui nous emmène dans ces premiers temps du Jour du Seigneur, ceux de l’installation d’un programme religieux au temps des pionniers de la télévision.