Rechercher sur CFRT Productions

Le jour du seigneur

La tradition éducative lasallienne : l’école, un enjeu majeur !

Interview

Vues 158

La messe de ce dimanche 21 mai est célébrée en plein air depuis l’Ensemble Saint Félix-La Salle à Nantes, un établissement scolaire du réseau lasallien.

Interview du frère André-Pierre Gauthier, frère des Écoles chrétiennes sur la tradition éducative lasallienne. (Vidéo ci-dessus)

Le projet éducatif lasallien : « ensemble et par association »

Construire les jeunes, porter un regard bienveillant, amener à Dieu par sa manière de vivre, partir des expériences locales, s’appuyer les uns sur les autres, se renouveler sans cesse… Telles sont les marques de la pédagogie lasallienne.

L’intuition de saint Jean-Baptiste de La Salle fut d’aider les maîtres d’école à être à la hauteur de leur rôle. De rencontres en rencontres, ce chanoine issu de la noblesse de Reims sera conduit peu à peu vers l’éducation des enfants pauvres. En 1684, il fonde la congrégation des Frères des écoles chrétiennes où les maîtres, tous laïcs, mènent une vie proche des religieux « comme des frères aînés ». Il n’hésite pas à innover en créant des écoles gratuites, où les cours sont donnés en classe et en français au lieu du latin !

Son projet pédagogique repose sur trois piliers : d’abord connaître le jeune, agir « ensemble et par association », et construire l’homme et lui dire Dieu. Lionel Fauthoux, responsable communication La Salle France, souligne combien l’approche du fondateur reste actuelle. « Notre principale préoccupation n’est pas le jeune, mais l’adulte qu’il aura en face. » Comme au temps de La Salle, les éducateurs mettent en commun – « ensemble » – leurs découvertes et leurs interrogations et les partagent au-delà de leur établissement dans le réseau lasallien – « par association ». « Ce réseau est un trésor » reconnaît David Bourgouin, chef des établissements Saint-Félix-La Salle à Nantes. Il permet d’échanger sur les pratiques de cent trente-huit établissements à travers le monde et leur offre des ressources, comme des formations et des rencontres régulières.

Affichant leur air de famille, « les établissements estampillés “La Salle” se reconnaissent à l’étoile (celle des Mages) ouverte sur le monde », note Lionel Fauthoux. Un exemple de cette ouverture : à Saint-Félix-La Salle, les jeunes découvrent la réalité de la société en participant, pendant le temps de l’école, à des activités associatives. Pour David Bourgouin, « cette initiative permet aux jeunes de voir qu’ils sont utiles, les projette en tant que citoyens et leur fait aimer la vie. » Proches du terrain, les héritiers de saint Jean-Baptiste de La Salle continuent à être créatifs, allant jusqu’à imaginer des camions-écoles pour transmettre le savoir aux enfants tsiganes déscolarisés.

Laure BERRY, in Le Bulletin du Jour du Seigneur avril-mai 2017

Reportage sur les volontaires lasalliens


Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.