Rechercher sur CFRT Productions

Le jour du seigneur

Textes et chants de la messe du 19 mars à Sainte-Colette-des-Buttes-Chaumont (Paris)

Lectures et chants
Textes et chants de la messe célébrée en l’église Saint-Colette-des-Buttes-Chaumont
Dimanche 19 mars 2017  – 3e dimanche de Carême.

Référence des chants de la messe du 19 mars à Paris (19e).pdf

Chant d’entrée

R/ Sur les routes de l’Alliance, ta lumière nous conduit. Nous marchons pleins d’espérance, tu nous mènes vers la vie.

Dieu printemps du monde, par amour, tu nous choisis.

Fais grandir ton peuple, nous vivrons pour te servir.

Bienheureux qui sait répondre à l’appel de ton Esprit !
Dieu semeur d’étoiles, tu éclaires notre nuit.

Fais grandir ton peuple, nous vivrons pour te servir.

Bienheureux qui ose croire au soleil de ton pays !
Dieu sauveur des hommes, tu nous donnes Jésus Christ.

Fais grandir ton peuple, nous vivrons pour te servir.
Bienheureux le coeur de pauvre, son trésor est infini !

*
Lecture du livre de l’Exode (Ex 17, 3-7)

En ces jours-là, dans le désert, le peuple, manquant d’eau, souffrit de la soif. Il récrimina contre Moïse et dit : « Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir de soif avec nos fils et nos troupeaux ? » Moïse cria vers le Seigneur : « Que vais-je faire de ce peuple ? Encore un peu, et ils me lapideront ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Passe devant le peuple, emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël, prends en main le bâton avec lequel tu as frappé le Nil, et va ! Moi, je serai là, devant toi, sur le rocher du mont Horeb. Tu frapperas le rocher, il en sortira de l’eau, et le peuple boira ! » Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël. Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Épreuve) et Mériba (c’est-à-dire : Querelle), parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur, et parce qu’ils l’avaient mis à l’épreuve, en disant : « Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ? »

*
Psaume 94

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur !

Venez, crions de joie pour le Seigneur,

acclamons notre Rocher, notre salut !

Allons jusqu’à lui en rendant grâce,

par nos hymnes de fête acclamons-le !

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,

adorons le Seigneur qui nous a faits.

Oui, il est notre Dieu ;

nous sommes le peuple qu’il conduit.

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur !

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?

« Ne fermez pas votre cœur comme au désert

où vos pères m’ont tenté et provoqué,

et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur !

*

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 5, 1-2 ; 5-8)

Frères, nous qui sommes devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. Et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les impies que nous étions. Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être quelqu’un s’exposerait il à mourir pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. Parole du Seigneur.

*
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 4, 5-42)

En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?  Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit: « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser.  Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. » La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : des maris, tu en a eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. » La femme lui dit : « Seigneur, Je vois que tu es un prophète !… Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. » La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. » Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus. Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »
*
Prière universelle

A l’approche des solennités pascales, prions le Seigneur de façon plus pressante, afin que l’univers entier bénéficie davantage des richesses des mystères du Salut. Pour tous nos frères et particulièrement pour ceux qui souffrent. Qu’à l’écoute de ta Parole, nos cœurs s’ouvrent à eux pour mieux les soutenir et les entourer. Seigneur, nous te prions

R/ Entends nos prières, entends nos voix !  Entends nos prières monter vers Toi !

Pour les responsables de l’Eglise et les responsables des peuples. Qu’à l’image de la Samaritaine à qui Jésus a demandé à boire, ils soient guidés dans leurs décisions par l’eau vive de l’Evangile. Seigneur, nous te prions.

R/ Entends nos prières, entends nos voix ! Entends nos prières monter vers Toi !

Pour les malades et tous ceux qui ne peuvent participer à l’Eucharistie de ce jour et qui prient avec nous. Pour qu’ils te rencontrent, Seigneur, où qu’ils soient, et qu’ils sachent que tu es la source de toute bonté et de toute miséricorde, Seigneur, nous te prions.

R/ Entends nos prières, entends nos voix ! Entends nos prières monter vers Toi !

Pour tous les couples en espérance d’enfants. Que, par l’intercession de Ste Colette, ils trouvent un chemin de paix et d’espérance. Accorde-leur, durant cette épreuve, d’être consolés, d’être soutenus par une Eglise proche et aimante. Que, par ta grâce, ils soient comblés dans leur attente et qu’ils connaissent la joie d’accueillir des enfants. Seigneur, nous te prions.

R/ Entends nos prières, entends nos voix ! Entends nos prières monter vers Toi !

Entends Seigneur toutes nos prières et donne-nous la grâce de vivre selon ton Amour, ce que nous te demandons, par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

*
Chant de présentation des dons

Mon Père, mon Père, je m’abandonne à toi.

Fais de moi ce qu’il te plaira.

Quoique tu fasses, je te remercie,

je suis prêt à tout, j’accepte tout

R/ Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi,

Car tu es mon Père, je me confie en toi.

Mon Père, mon Père, en toi je me confie;

en tes mains je mets mon esprit,

je te le donne, le cœur plein d’amour.

Je n’ai qu’un désir : t’appartenir

R/ Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi,

Car tu es mon Père, je me confie en toi (bis)

*
Chant de communion

Notre Dieu s’est fait homme pour que l’homme soit Dieu,

mystère inépuisable, fontaine du salut.

Quand Dieu dresse la table, il convie ses amis

pour que sa vie divine soit aussi notre vie !

 

Le Seigneur nous convoque par le feu de l’Esprit

au banquet de ses noces célébrées dans la joie.

Nous sommes son Eglise, l’Epouse qu’il choisit

pour vivre son alliance et partager sa vie !

 

Merveille des merveilles, miracle de ce jour !

Pour nous Dieu s’abandonne en cette Eucharistie.

Chassons toute indolence, le Christ est parmi nous,

accueillons sa présence et offrons-nous à lui.

 

Dieu se fait nourriture pour demeurer en nous,

il se fait vulnérable et nous attire à lui.

Mystère d’indigence, d’un Dieu qui s’humilie

pour que sa créature soit transformée en lui.

*

Chant final

Si le vent des tentations se lève,

Si tu heurtes le rocher des épreuves,

Si les flots de l’ambition t’entraînent,

Si l’orage des passions de déchaine

R/ Regarde l’étoile,  Invoque Marie,

Si tu la suis, tu ne crains rien.

Regarde l’étoile, Invoque Marie,

Elle te conduit sur le chemin

Quand l’angoisse et les périls, le doute,

Quand la nuit du désespoir te recouvre,

Si devant la gravité de tes fautes,

La pensée du Jugement te tourmente :

R/

Si ton âme est envahie de colère,

Jalousie et trahison te submergent,

Si ton cœur est englouti dans le gouffre,

Emporté par les courants de tristesse

R/

Elle se lève sur la mer, elle éclaire,

Son éclat et ses rayons illuminent,

Sa lumière resplendit sur la Terre,

Dans les cieux et jusqu’au fond des abîmes

R/

Vos réactions

ERIC

N’étant pas de culture catholique, je me permets néanmoins de trouver la prédication du prêtre particulièrement belle, actuelle et remarquablement écrite.
Merci à lui.


Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.