Rechercher sur CFRT Productions

Le jour du seigneur

« Saints ! 333 vies extraordinaires » – Focus sur sainte Colette

Livre
Saints ! 333 vies extraordinaires, Xavier Lecoeur, éditions Bayard, paru le 15 mars

Spécialisé dans les récits historiques de saints, le journaliste Xavier Lecoeur s’intéresse à la vie de plus de trois cents hommes et femmes. Ce livre retrace la vie de saints connus qui furent prêtres, moines, religieuses ou martyrs. L’intérêt de cet ouvrage est de s’ouvrir à d’autres profils de saints : des intellectuels, des mères de famille, des médecins. Xavier Lecoeur intègre dans ses récits l’histoire des saints les plus récents parmi les 2000 qui ont été canonisés par le pape Jean-Paul II.

couv_Saints-333-vies-extraordinaires

 

Extraits du livre avec Sainte Colette (1381 -1447), fêtée le 6 mars

L’ordre franciscain, et sa branche féminine en particulier, connurent une dérive importante au XVIè siècle. Négligeant la pauvreté et la simplicité prônées par sainte Claire, de nombreuses clarisses possédaient des biens en propre et percevaient des rentes.  Une clôture très approximative leur permettait de recevoir qui bon leur semblait et de « tenir salon » ! Au détriment, bien sur, de la prière individuelle et collective…

L’exigence primitive

Née à Corbie (Picardie) en 1381, sainte Colette (canonisée en 1807) fut celle qui ramena les Clarisses à  l’exigence de la règle primitive. Cette mission difficile lui fut révêlée après quelques essais malheureux dans diverses communautés religieuses, alors que la jeune femme avait fait le choix radical d’une vie recluse. Elle s’y livrait à la prière et à la pénitence. C’est là que saint François lui apparut en songe, lui demandant de rétablir pauvreté et austérité dans les monastère de l’ordre franciscain.

L’intervention du pape

Relevée de son voeux  de recluse en 1406, Colette se rendit avec son confesseur à Nice, où la cour pontificale séjournait à l’époque. Le pape Benoit XIII approuva sa mission. Il reçut lui-même sa profession dans l’ordre de sainte Claire et  la nomma abbesse de tous les monastères qu’elle fonderait réformerait. C’est à  Besançon, en 1410, qu’elle parvint a établir son premier couvent.

17 couvent fondés ou  réformés

En quarante ans, malgré les oppositions et malheurs du temps (guerre de Cent ans, grand schisme d’Occident…), Colette fonda ou réforma pas moins de dix-sept couvents ! Elle y réintroduisit la règle de sainte Claire qui réaffirmait le « privilège de pauvreté », rétablissaient une vraie clôture et accordaient le primat à la vie de prière. Colette mourut a Gand en 1447. Les reliques de cette femme d’action et de contemplation furent transférées, au XVIIIe siècle, au monastère de Poligny (Jura), où elles sont toujours vénérées, par les couples souffrant de stérilité. En effet, Colette avait été l’enfant unique et tardive d’un couple pieux qui avait longtemps prié pour sa naissance.

 

 

Pour aller plus loin

Sainte Colette – pour les couples « en espérance d’enfants »

En savoir plus +

Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.