Rechercher sur CFRT Productions

Le jour du seigneur

BD : « Charles de Foucauld, le Marabout de Tamanrasset » – La spiritualité du désert

Album
Charles de Foucauld, le Marabout de Tamanrasset – La spiritualité du désert en bande-dessinée

Ce temps de Carême est un temps de retraite spirituelle, de dépouillement, d’ascèse  pour beaucoup de chrétiens. Ermite, prêtre et aujourd’hui Bienheureux, Charles de Foucauld a développé cette spiritualité du désert, du dépouillement, de la rencontre avec d’autres croyants, notamment avec les musulmans. La bande dessinée Charles de Foucauld, le Marabout de Tamanrasset, publiée à l’occasion du centenaire de sa mort, plonge le lecteur dans cette attirance qu’opère le désert sur les croyants.

BD_Charles-de-Foucauld

Charles de Foucauld, le Marabout de Tamanrasset, scénario Thomas Oswald et dessins Samuel Figuière, éditions Mame, 2016, 40 pages.

L’intention de Thomas Oswald, scénariste

Fils de pieds noirs, Thomas Oswald connaissait très mal Charles de Foucauld lorsqu’il a commencé à travailler le projet de cette bande dessinée. « J’ai découvert un vrai héros : orphelin, cousu d’or. Il m’a profondément frappé par son humilité et sa rencontre avec les musulmans. J’ai écrit mon texte en cherchant à traduire au mieux les aspirations de l’âme de Foucauld. Pour cela j’ai utilisé ses écrits. J’ai voulu montrer comment cet homme d’une exigence absolue était passé par une expérience de solitude et de doute avant d’être sauvé et ceci à travers l’expérience du désert de Tamanrasset. Une expérience spirituelle qui marque sa vie. J’ai mis en valeur ses relations avec les Touaregs. C’est près de ces pillards souvent misérables, méprisés par tous les autres peuples voisins que Charles de Foucauld va se mettre à leur service et se sentir heureux, dans les dernières années de sa vie. »

L’avis du Jour du Seigneur

L’intérêt de cette bande dessinée est de mettre en valeur le lien unique qu’a su tisser Charles de Foucauld avec les Touaregs. Un lien d’affection pour ceux qu’il surnomme « les abandonnés de Dieu ». Un lien qui va se concrétiser, après douze ans d’étude de leur langue, par la publication du premier dictionnaire touareg-français. Un lien de reconnaissance des Touaregs qui le surnommeront le « Marabout ». L’auteur éclaire de manière vivante les grandes étapes de sa vie en faisant vivre des témoins de sa quête d’absolue. Au niveau des couleurs, la bande dessinée utilise avec pertinence ces tons bleus et ocres. Ce choix de couleurs résonne en harmonie avec l’âpreté de la vie au désert et le caractère sublime de la nuit.

 

François Le Roux


Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.