Imprimer les textes

25/12/2007, Jour de Noël

Homélie de la messe de Noël

Demain l'espérance

la nuit est très important. Il signifie la souffrance, le deuil et les épreuves, la guerre et les calamités. La nuit signifie également le manque de solidarité, l’obscurité du cœur et le péché. Vous qui m’écoutez, vous pouvez relire sous cet angle votre propre parcours, et voir aussi le spectacle du monde.

C’est donc dans la nuit de Bethléem que la lumière de l’espérance et de la vie s’est levée sur la terre. Chaque Noël le rappelle. Celui-ci comme les précédents. Un Sauveur nous est né. Sa lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

On peut même dresser des obstacles entre le Christ et nous, et le rejeter parce qu’on ne croit pas, qu’on est indifférent ou qu’on mène une vie dissolue. L’Évangile dit bien qu’il est venu chez les siens, et que les siens ne l’ont pas reçu. Mais on ne peut pas empêcher sa lumière de nous éclairer, comme on ne peut pas l’empêcher de nous aimer. C’est ainsi. La lumière du Christ passe à travers tout. Elle est plus forte que les ténèbres ou le mal. Elle éclate maintenant au grand jour, elle réchauffe qui en a besoin, et elle vivifie qui lui ouvre son cœur.

Bergers aux mille visages, communiez avec moi dans une même prière. Faisons silence et regardons. Regardons le Fils de Dieu venu dans le temps et dans notre histoire.

La réponse de Dieu aux innombrables questions de l’humanité inconsciente, blessée, matérialiste ou en recherche, c’est le Verbe, la Parole qui donne sens à tout, en qui tout a été fait. Or il a pris chair dans un Enfant qui ne sait pas parler. Pour entendre sa voix, il faut se taire. Pour accueillir son amour, il faut se dépouiller et se faire humble. Pour appréhender qui il est, il faut contempler et adorer. Pour savoir comment donner sa vie à quelqu’un, dans la fidélité, il faut fixer les yeux sur Celui qui s’est offert pour nous, pour toujours. Pour découvrir le sens de la vie et qu’elle est sacrée, il faut, avec Marie, tenir dans ses bras le nouveau-né.

Comme c’est étrange ! Cette naissance révèle tout à l’opposé des critères habituels. Et d’abord que la lumière ne vient pas d’un système de pensée, si cohérent soit-il, mais de la rencontre avec Quelqu’un que le Père envoie, parce que quiconque l’aura vu, aura vu le Père.

Les bergers ont eu très peur quand Dieu a fait irruption dans leur vie. On l’imagine volontiers. En plus, ils n’avaient pas toutes les clefs pour comprendre. Aujourd’hui aussi, lorsque la grâce survient et saisit, ou qu’une présence nouvelle et indicible envahit l’âme, on se sent tout autre. Parfois soudainement, parfois au terme d’un long cheminement qui connaîtra des interrogations et des tâtonnements.

Voyez les catéchumènes, voyez les recommençants dans la vie chrétienne. Voyez ceux et celles qui discernent un appel à s’engager dans l’Église ou dans le monde, à cause du Christ. Chaque année, à Noël, en faisant mémoire de la naissance de Jésus, nous sommes invités à renaître avec lui.

En venant à la crèche, les bergers ne savaient pas quoi dire. D’ailleurs ils n’ont rien dit, ou on ne nous a, en tout cas, rien rapporté de tel. Alors ils se sont mis à genoux et ils se sont prosternés. Ce fut le premier miracle de Jésus, bien avant Cana. Lui, l’infiniment grand, par sa venue dans la paille, il a appris aux hommes à se faire petits, pour être capables de devenir en lui enfants de Dieu. Mettons-nous à genoux, simplement, avec ferveur.

Que la fête de Noël 2007 vous rejoigne tous et vous rende tous meilleurs ! Courage ! Et que la paix du Christ vienne dans vos cœurs !

Allen Fernsehzuschauern, wünsche ich eine frohe, gesegnete, Weinacht. Möge das Christuskind eure Herzen mit Frieden, Freude, Barmherzigkeit erfüllen!
Traduction de l’allemand : À tous les téléspectateurs, je souhaite une joyeuse et sainte fête de Noël. Que l’Enfant-Dieu emplisse votre cœur de paix, de joie et de miséricorde !

Cari fratelli e sorelle, da questa basilica, vi giunga il nostro messagio natalizio di speranza !
Traduction de l’italien : Chers frères et sœurs, que vous parvienne, de cette basilique, notre message d’espérance tout empli de la joie de Noël !

Aan onze Nederlandstalige broeders en zusters wensen wij: Dat de vrede die Christus ons is komen brengen uw deel mag zijn in overvloed.
Traduction du néerlandais : Nous souhaitons à nos frères et sœurs néerlandophones de recevoir en abondance la paix apportée par le Christ.

Ať radost z narození Páně přebýva ve vaších srdcích a přinese vám mnoho štestí!
Traduction du tchèque : Que la joie de Noël soit dans vos cœurs et vous apporte beaucoup de bonheur.

Prédicateur :
Monseigneur Thierry Jordan
Références bibliques :
Is 52, 7-10 ; Ps 97, He 1, 1-6 ; Jn 1, 1-18
Paroisse :
Basilique Saint-Remi
Ville :
Reims

Prédicateur :


Monseigneur Thierry Jordan

Archevêque de Reims depuis 1999, il est né en Chine, et est licencié en théologie.



Ses homélies :
Nous avons besoin de vous !