• Blog - coulisses
  • Blog - carnet de route
  • Blog - interviews
  • Blog - messe en direct

pentecote babel3

Connaissez-vous l'épisode biblique de la Tour de Babel ? Les êtres humains se mettent à construire une tour et veulent se ranger tous sous un même nom ! Ils uniformisaient ainsi leurs cultures, et cherchaient à unifier le monde par leurs seules forces. Dieu ne trouve pas sa place dans cette œuvre et il dût pressentir que notre monde perdrait ses couleurs et son relief. Car dans l'absence de différences,  il n'y a plus d'humanité et il y a l'oubli de Dieu, en définitive.

Alors à Babel, Dieu suscite une diversité de langues (il brouille les langues) pour qu'il y ait une diversité de cultures et une diversité de réponses de notre part à son amour. Puis quand vient le temps de la Pentecôte, lui-même permettra à des gens de divers langages de se comprendre, par le don de l'Esprit Saint. En d'autres termes, l'homme ne sait pas toujours se débrouiller, dans la diversité des langues, mais la Bible fait comprendre que Dieu, lui, sait dépasser l'obstacle des langues multiples : "Je viens rassembler toutes les nations de toutes les langues; elles viendront et verront ma gloire" (Isaie 66,18)

Il y a quelques temps, dans une messe télévisée, un diocèse avait fait le choix d'intégrer une des lectures bibliques en langue arabe. C'était pour manifester son lien d'amitié tout particulier avec les chrétiens de Syrie, en raison de relations cultivées depuis longtemps. Notre commentateur avait rapidement expliqué cela, mais cela n'avait pas dû toujours être entendu. Aussi, j'ai été en contact avec une téléspectatrice qui me demandait : "Quel intérêt d'une lecture en arabe quand nous avons une si belle langue, le français ?"

Cette question m'en a rappelé une autre. Je me suis souvenu qu'un jour, à Jérusalem-Est, un jeune Palestinien m'avait demandé si je me considérais d'abord français ou d'abord chrétien.

En repensant aux épisodes de Babel et de la Pentecôte, j'ai répondu à la téléspectatrice que notre langue la plus fondamentale est celle de notre foi chrétienne, et que cette langue-ci transcende les langues de chacun : pour les croyants disciples du Christ, la foi chrétienne est bien plus fondamentale que la contingence des mots que nous avons appris dans notre enfance.

Où voulais-je en venir ?  En Orient, ceux qui confessent la foi au Christ le font de plus en plus au risque de leur vie. Même si nos pays occidentaux constatent que la foi chrétienne n'est pas dans l'air du temps et que la pensée ambiante ne raisonne plus à partir des fondements reçus de la foi au Christ, il reste que nous ne versons pas beaucoup notre sang pour confesser notre foi. Or, c'est le cas dans des pays d'Orient.

C'est ainsi qu'en tant que chrétien, j'avais voulu exprimer combien il me semblait honorable de défendre notre langue la plus fondamentale, la foi chrétienne quand elle se dit derrière les mots des chrétiens d'Orient.

Nos langues maternelles nous permettent de parler cette langue fondamentale. Mais il faut aller plus loin : à vous et à nous tous de trouver les modalités et les mots. Le Jour du Seigneur le fait par la télévision et en s'appuyant sur les expériences et les intuitions des paroisses et des communautés qui l'accueillent. D'autres le font en se mettant au service des autres, exprimant l'Evangile par leur charité chrétienne. D'autres encore le font en allant dans la rue dire leur foi et leur espérance à ceux qu'ils rencontrent.

Et vous, quelles sont vos mots et vos modalités pour parler la langue de votre foi ? Et si vous n'avez pas la foi, quels sont les mots et les signes que vous attendriez de ceux qui l'ont ?

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté(e) :

Mot de passe oublié ?

Nous avons besoin de vous !