Imprimer les textes

19/06/2016, 12e dimanche du temps ordinaire

Texte de l'homélie

Connaître Jésus n’est pas suffisant, il faut le rencontrer !

En cette période de l’Euro, je voudrais vous poser une question : connaissez-vous Didier Deschamps ? Je suppose que la plupart d’entre vous me répondront : « Oui, je le connais, c’est l’entraineur de l’équipe de France ! » Vous le connaissez, mais l’avez-vous rencontré ? Est-ce que vous avez déjà parlé avec lui, est-ce que vous avez pu prendre un repas avec lui ? Il en est de même avec Jésus, beaucoup le connaissent mais ne l’ont pas vraiment rencontré, ils n’ont pas établi une relation personnelle avec lui.

Dans l’évangile, Jésus demande à ses disciples : « Au dire des foules, qui suis-je ? » Je vous propose dans un premier temps de comparer la réponse des disciples avec la réponse probable des foules qui sortent des stades. Puis, dans un second temps, je vous invite à vous interroger sur : « qui est Jésus pour moi ? »

Les disciples disent à Jésus que, pour certains, il est Jean-Baptiste. Jean-Baptiste, c’est celui qui baptise. Ainsi, de nos jours, si on demande à la foule qui est Jésus pour vous, beaucoup répondront : « Ben, moi j’ai été baptisé, j’ai même fait du caté et ma communion, je suis croyant mais je ne pratique pas. » Jésus est considéré comme une étape de la vie, une étape parmi d’autres pendant l’enfance, qui n’a plus tellement d’importance aujourd’hui.

Jean-Baptiste est aussi celui qui invite à la conversion des péchés. Là aussi, beaucoup à la sortie du stade pourraient dire qu’ils ne sont pas très à l’aise avec les lois morales de l’Église, des lois contraignantes et décalées. Les disciples disent à Jésus que d’autres le prennent pour le prophète Élie ! Élie, c’est celui qui obtient des signes extraordinaires, il fait descendre le feu du ciel sur un autel inondé d’eau afin de confondre les faux prophètes de Baal et tout le peuple retrouve la foi. Aujourd’hui, beaucoup voudraient recourir à Jésus surtout pour obtenir des miracles, pour réussir leurs examens, pour trouver du travail ou guérir d’une maladie grave. Lorsque la prière est exaucée, ils trouvent cela normal, mais lorsque ça ne se passe pas comme prévu, ils disent : « Vous voyez bien que Dieu n’existe pas ! » C’est ainsi que de nos jours, beaucoup connaissent Jésus sans l’avoir vraiment rencontré. Il est le Jésus de leur enfance, il est le Jésus moralisateur ou encore le Jésus des miracles.

Venons-en à notre second point : nous qui connaissons Jésus, l’avons-nous vraiment rencontré ? Une personne peut dire qu’elle a rencontré Jésus si elle a fait l’expérience personnelle de son amour pour elle. C’est ce que saint Pierre a vécu. Il a rencontré Jésus au bord du lac, il l’a suivi, Jésus est devenu son ami et c’est pourquoi il peut lui dire : « Pour nous, tu es le Christ, le Messie de Dieu. »
Cette vie avec Jésus est passée par des bons et de mauvais moments. Pour suivre Jésus, saint Pierre a fait des renoncements : il a liquidé sa petite entreprise familiale de pêche qu’il avait à Capharnaüm. Pour suivre Jésus, saint Pierre a porté sa croix, il est passé par bien des épreuves, il a été persécuté, il a eu peur de mourir au point de renier celui qu’il a tant aimé. La vie avec Jésus n’est pas un long fleuve tranquille, elle est faite de rebondissements, de joies et de larmes.

Mais, me direz-vous, pour saint Pierre, c’était facile, il a rencontré Jésus en chair et en os. Mais pour nous, aujourd’hui, comment faire cette expérience personnelle de l’amour de Jésus ? Les chemins de cette rencontre sont variés, mais ce qui compte, c’est d’en avoir au moins le désir et de la demander dans la prière. Dans la joie de l’évangile, le pape François nous dit : « Pour faire l’expérience de l’amour de Jésus qui nous sauve, nous avons besoin d’implorer Jésus chaque jour, de demander sa grâce pour qu’il ouvre notre cœur froid et qu’il secoue notre vie tiède. » Alors pour vous qui est Jésus ? L’avenir de l’Église dépend de votre réponse, car celui qui connaît Jésus, qui l’a vraiment rencontré, ne peut pas s’empêcher de le faire aimer !

Références de chants :

Prédicateur :
Père René Luc
Références bibliques :
Livre du prophète Zacharie, 12, 10-11a ; 13,1 ; Ps. 62 ; Lettre de saint Paul aux Galates 3, 26-29 ; Évangile selon saint Luc, 9, 18-24
Paroisse :
Eglise Saint-Romain
Ville :
Rouen (Seine-Maritime)

Prédicateur :


Père René Luc

Ordonné prêtre en 1994, il officie aujourd'hui dans le diocèse de Montpellier, dans la paroisse étudiante Sainte-Bernadette où il dirige le projet d’école diocésaine de mission CapMissio. C'est surtout auprès des jeunes que le père René-Luc affûte ses talents de prédicateur. " Un jour, un vieux prêtre m'a conseillé de faire en sorte que mes homélies soient comprises même par un enfant de huit ans... J'ai toujours gardé ce conseil à l'esprit. ". Né de père inconnu, élevé par un truand, il a une vie étonnante retracée dans un livre-témoignage : Dieu en plein cœur (Presses de la Renaissance).



Ses homélies :
Nous avons besoin de vous !